2014 : ELECTIONS EN REPUBLIQUE SUD AFRICAINE : ELECTIONS LIBRES, DEMOCRATIQUES ET TRANSPARENTES (PRATIQUES D’EXCELLENCE A IMITER).

Pour la troisième fois j’ai eu le privilège et l’honneur d’être invité par deux  présidents successifs  de la Commission de l’Union Africaine (UA) pour faire partie de la Mission de cette Organisation panafricaine pour l’observation des élections en Afrique. La première fois en 2010 je suis allé observer les élections présidentielles en Tanzanie, la deuxième fois je suis allé observer les élections parlementaires  en Libye et cette fois ci le 7 mai 2014 je suis allé observer les élections parlementaires au niveau national et provincial en République sud africaine. Je voudrais vous faire part de mes observations sur ces dernières élections qui m’ont emballé et qui m’ont beaucoup impressionné. En effet, elles se sont déroulées d’une façon  authentiquement libre, démocratique et transparente. Les Sud Africains ont fait preuve d’une maturité politique exemplaire et d’une capacité organisationnelle extraordinaire que nous autres Africains devrons imiter. L’Institution qui est derrière ce succès n’est autre  que la Commission Electorale Indépendante (IEC-Independent Electoral Commission). Avant de parler du déroulement de ces élections, je vais très brièvement parler de cette Commission pour souligner le travail important qu’elle fait pour s’assurer de la tenue en Afrique du Sud des élections libres, démocratiques et transparentes. Grace à l’IEC ces élections entrent dans les annales africaines comme des élections véritablement démocratiques, libres et transparentes.

L’IEC est une institution permanente qui est tenue à présenter un rapport annuel à l’Assemblée nationale. Sa vision est d’arriver à avoir une prééminence dans le domaine de la gestion des élections et le renforcement de la démocratie électorale, le renforcement des relations avec les partis politiques et d’atteindre  un haut degré d’excellence et du professionnalisme dans tous les niveaux d’organisation des élections. Son objectif est entre autres la promotion des principes des élections pacifiques, libres et démocratiques, l’amélioration, l’efficacité organisationnelle, l’établissement d’une coopération saine avec les partis politiques et le renforcement de la démocratie électorale par le biais de l’éducation en vue d’une participation populaire basée sur les processus de la démocratie électorale. C’est ainsi que des séminaires de formation  et ateliers ont lieu à travers le pays au profit de tous les  agents électoraux. L’IEC se donne aussi comme tâche de développer sa capacité en vue de pouvoir faire face  aussi bien à toutes les plaintes, objections,  disputes  qu’  à tout procès qui peut surgir  avant,  pendant et après les élections quelle que soit la complexité des problèmes.

Après ces explications, je vais maintenant vous faire part de nos observations pendant les deux jours du vote spécial et  toute la journée du 7 mai, jour des élections parlementaires nationales et provinciales.

La Mission d’observateurs de l’UA était composée d’une soixantaine d’observateurs issus de diverses catégories socioprofessionnelles, notamment des parlementaires, des représentants des commissions électorales nationales, des représentants de la société civile et des ambassadeurs, tous triés sur le volet à titre individuel et  personnel dans plusieurs pays africains. Le chef de notre délégation était l’ancien Président du Ghana Son Excellence M. John Kufuor. Nous étions répartis  en petites équipes un peu partout dans le pays. Je dirigeais une petite équipe composée d’une ambassadrice du Kenya et d’une parlementaire algérienne. Nous devions couvrir le district de Soweto près de Johannesbourg. Les 5 et 6 mai nous avons parcouru presque tous les bureaux de vote de Soweto en vue de les identifier et voir si toutes les dispositions étaient mises en place pour le jour J, le 7 mai 2014. Pour votre information Mme Winnie Mandela réside à Soweto et a voté dans le bureau de vote de son quartier Orlando et, justement mon  équipe a choisi de couvrir Orlando pendant l’ouverture et la fermeture de vote de ce bureau.  Il y avait aussi  ce qu’on appelle « vote spécial » les 5 et 6 mai destiné aux malades et ceux ou celles qui ne pouvaient pas se déplacer. Voila un exemple qui nous a impressionnés et qui mérite d’être imité ailleurs en Afrique. Des agents électoraux avec des représentants des partis politiques faisaient le porte à porte dans toutes les maisons des électeurs et électrices enregistrés à cet effet. Je n’ai jamais vu cela ailleurs en Afrique. Dans une des maisons où une certaine personne âgée devait voter les agents électoraux ont été informés que la personne était tombée malade et se trouvait à l’hôpital. L’équipe s’est déplacée à l’hôpital pour la faire voter.

Les bureaux de vote devaient ouvrir à 07 heures et fermer à 21 heures. Tous les bureaux de Soweto et ailleurs ont suivi ce consigne. Mes collègues et moi étions à Orlando à 06h30 et, déjà la queue était longue, les électeurs étaient alignés à l’intérieur comme à l’extérieur des bureaux de vote et attendaient tranquillement et impatiemment l’ouverture de bureau. A Orlando comme ailleurs, tous les représentants des partis politiques  et  les agents électoraux, y compris le président du bureau de vote étaient présents. Tout se passait dans le calme et la tranquillité. Les  électeurs et électrices s’acquittaient tranquillement avec enthousiasme de leurs devoirs civiques. Les agents de divers partis politiques -ils étaient 29, représentant les partis politiques enregistrés- étaient là, regardant avec vigilance le déroulement du vote tout en  conversant entre eux. La conversation était agréablement courtoise et  civilisée contrairement à ce qu’on voyait quelques fois dans certains de nos pays le jour de vote. Les différents observateurs (il y avait des observateurs de l’UA, du Commonwealth, de l’Union européenne, de la SADC etc. et des observateurs locaux) faisaient leur travail sans aucun problème tellement les agents électoraux et les représentants des partis politiques facilitaient leurs taches. Ils étaient tous coopératifs, compétents et jouaient  admirablement bien  leurs rôles. Nous sommes restés à peu près une trentaine de minutes à Orlando et ensuite nous sommes allés dans les autres bureaux de vote. Dans tous ces bureaux, l’atmosphère et le déroulement du vote étaient comme à Orlando, la police était la à l’extérieur, mais très discrète. Dans tous ces bureaux on donnait priorité aux vieux, aux handicapés et aux femmes enceintes. Des chaises étaient mises en place pour cette catégorie des votants.

Nous sommes retournés à Orlando à 20h30 pour la fermeture à 21 heures. Tous les bureaux ont fermé à l’heure. Le président du bureau s’est mis d’accord avec les représentants des partis politiques sur la manière de procéder au décompte des bulletins et tout se passait sans heurts et sans bruit. Vers minuit on connaissait les résultats du bureau d’Orlando que je vous livre ci-dessous :

Résultats pour les élections  au niveau national :

ANC : 1072

EFF (Economic Freedom fighter) : 154

DA (Democratic Alliance): 113

Au niveau provincial :

ANC : 1000

DA :    146

EFF :    144

Il est à noter que le EFF est dirigé par le jeune Julius Malema qui était président de la jeunesse de l’ANC, mais à cause de son extrémisme et son comportement intempestif il y a eu un désaccord entre lui et la direction de  l’ANC. Par la suite il  a été évincé du parti et a fini par créer son propre parti politique il y a seulement 7 mois. La DA est dirigée par une Sud Africaine blanche Mme Helen Ziller et, depuis les dernières élections de 2004 son parti sur le plan provincial est majoritaire au Cap occidental.

Je suis content d’avoir observé ces élections sud africaines de 2014 dans le cadre de la Mission d’observation de l’Union Africaine. Nous sommes tous convaincus que ces élections sont très bien organisées et elles étaient libres, transparentes et démocratiques (waripatsa)

Ahmed M. Thabit

 

Print Friendly, PDF & Email