Les “pré-préfixes” dans la langue comorienne

Lorsque un nom est défini ou déterminé de quelque manière que ce soit, il reçoit un élément grammatical dont la forme dépend de la classe du nom ainsi défini. Certains personnes le désignent sous le terme d’article défini ou d’augment. Je préfère pour ma part le terme de pré-préfixe, employé par l’école bantouistique française et anglaise, car il se place immédiatement devant le préfixe nominal et son emploi est beaucoup plus vaste qu’un simple article défini. Continuer la lecture

La FNASFAS nous dit: “le monde a aujourd’hui, plus que jamais besoin de sages femmes”

Sage femmeimage google

Promouvoir le rôle de la sage femme dans le planning familiale », « investir dans la profession de la sage femme», et « au delà des OMD 2015» sont les messages forts de 2013. Pour la Présidente de la Fédération Nationale des Association des Sages Femmes et Accoucheurs aux Comores (FNASFAS) :  «Il faut aider les sages femmes à sauver la vie des  femmes (épouse,  sœurs et  filles) et des enfants ». 

La sage femme est une personne spécialisée de référence  essentielle pour toute femme durant la maternité, avant et après l’accouchement. Reconnues comme les spécialistes de la naissance physiologique, les sages femmes dirigent et coordonnent  la prise en charge des urgences obstétricales dans les établissements sanitaires. Continuer la lecture

Indice des Prix à la Consommation du mois d’avril 2013

Vous trouverez ci-dessous l’indice des prix à la consommation du mois d’avril 2013 dont la tendance haussière contredit les mois passés.

Selon la Direction de la Statistique et de la Prospective:

En avril 2013, l’indice des prix à la consommation (IPC) des ménages croît de 0,3% après avoir augmenté de 0,3% en mars. En 2012 pour le même mois, cet indice avait enregistré une hausse de 1,5%. En variations trimestrielle et annuelle, l’IPC enregistre respectivement des baisses de 1,8% et de 0,3%.

Comme facteur explicatif de la hausse du niveau général des prix en avril 2013, on peut surtout citer la faiblesse de l’offre de certains produits vivriers notamment les légumes et les fruits.

Une analyse détaillée du résultat de l’indice général des prix de ce mois fait apparaitre les enseignements suivants : Continuer la lecture

FCC et Doudou Tainamoro : le dialogue est initié sur le prix, la qualité et l’hygiène des produits carnés.

M. Fayçal Abdou, dit Doudou Tainamoro, propriétaire  des magasins  Tainamoro et des supermarchés Komocash a été reçu à sa demande par la FCC le vendredi 10 mai.

Comme il ressort du communiqué ci-joint signé par M. Tainamaoro, il s’estime victime de rumeurs malveillantes.  Il affirme que ses  établissements ne sont pas  intervenus  contre le concurrent de nationalité étrangère qui a baissé le prix de la viande. M. Tainamoro insiste que ses produits sont de meilleure qualité et qu’il propose des prix équivalents de la maison Mohsin pour la qualité de  base. La viande vendue par le concurrent serait du “trimming” ( morceaux de viande compactés. Après le dépècement de la bête à la machine, les morceux qui en tombent des différentes parties  sont pressés).

La FCC a répondu qu’elle défend la liberté d’établissement et de la concurrence, pourvu que les  conditions phytosanitaires soient respectées.  Elle ne favorise personne et gardera toujours la liberté d’exprimer un point de vue documenté sur les prix et la sécurité sanitaire des produits . Continuer la lecture

La bonne orthographe de : “Mngou nari hafadhui né ma chinois”

“Mngou nari hafadhui né ma chinois”

Avec cette phrase, je vais pouvoir continuer à livrer quelques remarques ou réflexions sur l’orthographe et sur la langue comorienne.

Je commence par faire quelques rappels :

Le son « ou » s’écrit en comorien avec la seule lettre « ». On écrira donc « Mngu » et non Mngou,

La lettre « e » se prononce toujours « é » en comorien. On n’a pas besoin de mettre un accent à cette voyelle, car en comorien, on n’a qu’un seul son [e], contrairement au français qui en compte plusieurs : é, è, eu, œ… Il fallait donc écrire ici « ne ma chinois ».

En comorien, deux voyelles qui se suivent doivent se prononcer distinctement. Exemple : le mot faida se lit « fa-i-da ». Dans « hafadhui », moi je lirai « hafadhu-i ». Ce qui donne un mot qui n’a pas de sens.
En fait, en comorien, on a des consonnes, qualifiées par les linguistes, de « labialisées », c’est-à-dire  des consonnes qui s’accompagnent d’un arrondissement des lèvres. Cet arrondissement est marqué par la lettre « w ». C’est ainsi qu’on a par exemple, des consonnes vélarisées comme « mw » de « mwana »,  « ɓw »de « ɓwana », « pvw » de « hupvwa », etc. C’est avec ce type de consonne, qu’on rend les consonnes emphatiques arabes : ط  « tw » (ex. : utwali), ظ  « dhw » (ex. : dhwahiri), ص « sw » (ex. : uswali) et ض « dhw » (ex. : dhwamana). Le verbe uhafadhwi vient de l’arabe حفظ .

Voilà pour les sons. Voyons maintenant pour ce qui est de la coupure des mots. Continuer la lecture

Quand “ntsi” (sol, terre), affecte la conjugaison d’un verbe.

“En considérant par exemple les verbes urenga “prendre” et ukantsi “s’asseoir”, pouvez-vous dire pourquoi on obtient quelque chose comme ceci ngamrengo “je prends” et ngamkontsi “je m’assois”, avec l’élément grammatical “o“, tantôt à la fin du mot et tantôt au milieu du mot ?”

Quel est la règle? Pourquoi ngamrengo et ngamkontsi?

Réponse :

Dans une phrase simple, la conjugaison d’un verbe au présent progressif affirmatif obéit au schéma suivant :

nga indice-sujet + radical verbal + suffixe verbal + o

  • nga, indique que l’action se fait au moment où l’on parle (pour simplifier)
  • L’indice-sujet est un pronom qui fait référence au sujet,
  • le suffixe verbal est généralement la voyelle “a” de l’infinitif qui est obligatoirement présente, sauf pour les trois premières personnes du singulier pour les humains,
  • les éléments nga et o vont de pair.

En reprenant notre verbe urenga nous obtenons ceci : Continuer la lecture

Le comorien est bien une langue

Qu’on le veuille ou non, le comorien, dans sa diversité, forme bien une langue unique. Comme toutes les langues du monde, il est composé de variétés régionales appelées “dialectes”. C’est ainsi que nous avons le dialecte shiNgazidja, le dialecte shiMwali, le dialecte shiNdzuani et le dialecte shiMaore.

Ces dialectes se subdivisent en deux groupes selon leur degré d’affinités phonologiques (les sons) et morphologiques (les éléments grammaticaux) : le groupe oriental, constitué du shiNdzuani et du shiMaore, et le groupe occidental formé du shiNgazidja et du shiMwali. A l’intérieur d’un même groupe, l’intercompréhension est quasi immédiate. Mais entre locuteurs de groupes différents, un temps d’adaptation, plus ou moins long selon les capacités de chacun, semble nécessaire pour que la communication soit possible. Continuer la lecture

La pratique de l’orthographe du comorien par Chamanga

Les membres du forum de la FCC ont la chance de bénéficier de courts cours de comorien par le linguiste Mohamed AHMED CHAMANGA. Au mois d’avril, la FCC a mené une campagne de promotion du site http://www.palashiyo.org/ de monsieur Chamanga. Nous vous invitons à le visiter.

Voici un exemple très instructif à travers deux expressions : “Mkatra siniya” et “gari chukuriyawo”

Il faudra faire la différence entre la langue parlée et la langue écrite. Dans cette dernière, il faut penser aux apprenants. Ces derniers peuvent être des étrangers qui s’intéressent à notre langue pour différentes raisons ou les enfants des Comoriens de l’Étranger qui veulent (ré) apprendre la langue de leurs parents. Il est donc nécessaire de leur faciliter la tâche, en leur permettant, avec les outils dont ils disposent (les dictionnaires notamment) de se retrouver. Continuer la lecture

Veille sur les prix, le Délégué à l’Economie organise une première réunion à la demande de la FCC

Veille sur les prix

Dans son action de veille sur les prix, la FCC a écrit  le 27 avril 2013 au Délégué chargé de l’Economie et des Privatisation et aux Commissaires chargés des Finances, de l’Economie et du Commerce des îles, pour demander aux autorités de prendre les initiatives nécessaires contre les pénuries spéculatives  conduisant à des hausses  de prix au mois de ramadan et pendant la période des mariages (mashuhuli).

Suite à cela, une réunion a eu lieu au ministère des Finances  à l’initiative du Délégué chargé de l’Economie et des Privatisations Monsieur Abdou Nassur Madi, en présence du Directeur Général des Douanes Monsieur Ali Hamissi, assisté  de  du Directeur Adjoint Monsieur Moustoifa Said  Soimihi, du Directeur de l’Economie Monsieur Massimiya et de la Direction du contrôle des prix.

Le Délégué a reconnu le bien fondé de concertations préventives, et que les autorités  doivent, comme  le demandent les consommateurs, s’y prendre plusieurs mois à l’avance pour ne pas avoir à lutter contre les hausses en plein mois de ramadan. Continuer la lecture

Les femmes de la presse ont créé une association.

155731_une-femme-soudanaise-lit-un-journal-a-khartoum-le-9-juin-2010Photo google

Les femmes de la presse ont créé une association : l’Association des Femmes Comoriennes de la Presse (AFCP).

L’Association des Femmes Comoriennes de la Presse s’est réunie ce mardi 30 avril pour la quatrième fois en assemblée générale au siège de la Fédération Comorienne des Consommateurs pour l’élection du bureau exécutif.                                                                                                                 Après ouverture de la réunion et la présentation des personnes présentes, l’assistance a procédé à l’élection du bureau exécutif composé comme suit :

Présidente : Saminya Bounou

Vice présidente : Abcariat Ali Mze

Secrétaire général : Abouhariat Saïd Abdallah Continuer la lecture