Indice FAO des prix des produits alimentaires.

Situation alimentaire mondiale

http://www.fao.org/worldfoodsituation/foodpricesindex/fr/

Indice FAO des prix des produits alimentaires

L’indice FAO des prix des produits alimentaires mesure la variation mensuelle des cours internationaux d’un panier de denrées alimentaires. Il est établi à partir de la moyenne des indices de prix de cinq catégories de produits, pondérés en fonction de la part moyenne à l’exportation de chacune des catégories pour la période 2002-2004.

Lire la suite

Baisse du prix des fers à béton

fer à bétonLes prix ci-dessous sont le résultat d’un compromis sur les prix des fers à béton, obtenu lors d’une réunion tenue le 02 avril à la direction des douanes. C’est la suite de la réunion du 26 mars sur la taxation du ciment et les prix au consommateur où comme je vous en ai informé, la taxation des fers à béton a été  soulevée.

Les importateurs soutenus par la FCC demandent que les fers à béton soient taxés sur la base de la valeur transactionnelle conformément à la loi. Les autorités font valoir, que contrairement au ciment importé par des entreprises bien établies et dont le paiement et les transactions connexes sont facilement contrôlables, un pourcentage notable du fer à béton est importé par le secteur informel. Les factures et documents que présentent l’acheteur occasionnel qui s’est rendu à Dubaï ou en Chine sont difficilement contrôlables. Les prix et autres coûts y figurent peuvent différer de ceux effectivement payés. Lire la suite

Bâtiment : c’est le temps de faire monter les murs avant le ramadan et les mashuhuli

ciment 2Le prix du ciment homologué à 66000 F prix magasin , se vend chez nombre de commerçants à 60000 F, soit 65000 F transport et manutention compris pour une livraison à Moroni.
En 2014 la tonne s’est vendue à plus de 100000 F. Il y a à peine 2 mois, elle se vendait à 80000 F.
Une réunion de concertation a eu lieu le samedi 26 mars aux Douanes, à l’initiative et sous la présidence du Chef de centre M. Madouhouli. La FCC, a réaffirmé sa position : la loi actuelle qui taxe le ciment au prix de revient, Coût+Assurances+Fret (CAF) doit être appliquée au lieu de l’ancienne tarification convenue entre l’état et les importateurs sur la base d’un prix CAF forfaitaire de 94 euros. L’arrivée de nouveaux importateurs, Cofiprix et Lafarge a changé la donne.

Lire la suite

Les Comores, seul pays où la baisse du prix du baril de pétrole ne bénéficie pas le consommateur ?

Crédit photo agoravoxEn septembre 2011, le gouvernement a décidé d’augmenter les prix des produits pétroliers de 50f par litre et cela pour une durée de 5 cargaisons sans aucune mesure d’accompagnement pour compenser cette hausse. La conséquence fût la flambée des prix notamment le prix du transport et du poisson. Il avait justifié cette hausse par l’endettement chronique de la Société Comorienne des Hydrocarbures (SCH). La FCC a contesté cette décision, la qualifiant d’illégale et injustifiée, sans parvenir à fléchir la position de l’Etat. Elle rappelait que la SCH, jouissant d’une situation de monopole, se devait d’assurer certaines obligations comme un meilleur approvisionnement et des prix abordables. Il incombait donc à l’Etat de pallier en cas de besoin aux insuffisances de la société (déficit, insuffisance de trésorerie, …) et de tout faire pour que le citoyen, le consommateur puisse accéder aux produits ou services dans les meilleures conditions possibles.

Et cela dure depuis. La mesure temporaire n’a jamais été abrogée malgré l’ évolution du marché. Or depuis 2014, le cours du baril de pétrole n’a pas cessé de baisser, passant sous la barre des 30 dollars le baril en janvier 2016, son plus bas niveau depuis 2003. Et selon certains experts, cette baisse n’est pas près de s’arrêter avec l’arrivé du pétrole iranien sur le marché et le ralentissement de l’économie chinoise. Lire la suite

« MAESHA MADZIRO », déclaration du FECOSC

DECLARATION

La crise énergétique, salariale, sanitaire et la vie extrêmement chère qui sévit dans le pays et le non respect des engagements de l’Etat face à cette situation périlleuse ont suscité des réactions de part et d’autres des organisations de la société civile soucieuses du respect des droits humains :

Le collectif des femmes-mères a, ces derniers jours, exprimé son ras le bol quant à la souffrance de la majorité des comoriens ; puis la FCC toujours attentive aux revendications des consommateurs ; la CTC qui regroupe les travailleurs comoriens n’a pas manqué aussi d’exprimer son mécontentement ; la jeunesse qui est la couche la plus vulnérable car touchée par un taux de chômage de plus en plus élevé, ici représentée par l’association NGO’SHAWO ; la FECOSC qui se constitue en un observatoire de la démocratie et de la bonne gouvernance ne peut que se joindre au mouvement pour le bien être des citoyens. Lire la suite

Communiqué de la CTC contre les conditions de vie misérables

Vie chère, pénurie, arrierés de salaires, promesse par le Chef de l’Etat  de courant au mois de ramadan non tenue, prix homologués des produits de 1ère nécessité non respectés, surfacturation illégale par Comores Telecom … La population n’en peut plus.

Ci-dessous le communiqué de la CTC, qui participe activement dans la coalition anti-vie misérable de la société civile.

CONFEDERATION DES TRAVAILLEUSES ET TRAVAILLEURS DES COMORES CTC

Les promesses de la Mamwé pour atténuer ses difficultés à fournir l’eau et l’électricité pendant le mois de ramadan ne sont pas tenues.Le respect des engagements pris, ce n’est pas le point fort de la Direction de l’Entreprise publique. C’est même devenu une règle de gouvernance dans le pays, ce qui met à mal le dialogue social. La Fédération Comorienne des Consommateurs est à bout et avec elle la CTC, car tout travailleur est naturellement consommateur. L’économie du pays ne peut plus ainsi être continuellement prise en otage et le mépris des consommateurs perdurer. La coalition des forces sociales s’impose, pour des actions communes. Lire la suite

Les prix homologués du mois de ramadan

RamadanDans la continuité des revendication de la FCC de ces dernières années demandant une concertation sur les prix du mois de ramadan, le Délégué à l’économie représentant la vice-présidence en charge du Ministère des Finances, le commissariat aux Finances de Ngazidja et le Commissariat à la Production de Ngazidja ont initié des réunions  avec différents acteurs (producteurs locaux, importateurs, détaillants et la FCC) pour fixer les prix des produits de première nécessité pendant le mois de ramadan. Lire la suite

L’école à tout prix

444 001

Envoyer un enfant à l’école devient de plus en plus comme une corde liée au cou pour beaucoup de comoriens. Avec le minime salaire que perçoivent les parents, surtout les fonctionnaires de l’Etat, le prix des fournitures scolaires ainsi que les frais de scolarités devienent un énorme défi.

A trois mois de la rentrée scolaire, Abdallah Mmadi, un fonctionnaire de l’Etat ne se remet toujours pas. Avec trois enfants : en Petite Section, en Grande Section et en Cours Elémentaire niveau 1 (CE1), il avait payé plus de 50.000Fc rien que pour les fournitures scolaires. Les deux enfants de la maternelle avaient encore chacun près de 10.000Fc pour les manuels et 20.000Fc pour celui du CE1. Lire la suite

Indice des prix à la consommation du mois d’octobre

PubIPCCOMORES_Octobre 2014_Page_1Comme le mois précédent, l’indice des prix à la consommation (IPC) des ménages baisse aussi de 2,5% en octobre 2014. En 2013 pour le même mois, cet indice avait également diminué de 2,5%. Par rapport à juillet 2014 et octobre 2013, l’IPC enregistre respectivement des hausses de 0,3% et de 0,1%.

Le repli de l’IPC d’octobre 2014 résulte en grande partie de la baisse des prix des produits alimentaires et des combustibles solides, liée, notamment, à l’abondance saisonnière de l’offre de certains produits vivriers. Cette baisse des prix est en partie compensée par la hausse des prix de viande et des légumes. Lire la suite

Comores, indice des prix à la consommation du mois de mai 2014

PubIPCCOMORES_Mai 2014_Page_1_crAu mois de mai 2014, l’indice des prix à la consommation (IPC) des ménages est en baisse   de 1,7%, après un recul de 1,6% en avril 2014. En 2013 pour le même mois, cet indice avait baissé de 0,5%. Comparé à celui des mois de février 2014 et mai 2013, l’IPC en mai 2014 enregistre respectivement une baisse de 2,7% et une hausse de 0,6%. Lire la suite