Eau minérale Crystal : des consommateurs se plaignent à la FCC que le goût soit suspect.

Aujourd’hui, pour la 3 ème fois, des consommateurs sont venus nous faire  part de  leurs interrogations sur la qualité de l’eau en bouteille de 300cl de cette marque « Crystal ». Les trois consommateurs différents sont arrivés indépendamment l’un de l’autre et ne se connaissaient pas. Ils se sont plaints du goût de l’eau. Lire la suite

Sauver la banane comorienne, chacun de nous peut y contribuer

Banane1« En ces temps où -et pas que sur Facebook- l’observateur étranger croit que la seule industrie du pays, les seuls éléments nourriciers des Comores, l’unique occupation sociale, sont la politique, Mlle Hachimia Said Hassan Maoulana, soulève dans le forum de la FCC, un de nos grands drames : la baisse de la production vivrière, particulièrement la disparition des variétés comoriennes de bananes. Elle donne une recette qui permet à chacun en attendant le Grand Elu, de contribuer à son niveau, à maintenir nos ikame, paka, isukari, djahavulwa, irumbe… » Said MCHANGAMA

« Augmenter la production des bananes »

La culture des bananiers reste la culture vivrière la plus importante du pays. Suit juste après le manioc, l’igname et le taro. Or des espèces (de bananes) sont en voie de disparition, on en trouve rarement sur les marchés. Par exemple : « djahavulwa, yisukari, paka.. »

Une des méthodes visant à y remédier est la technique dite de macro-propagation. C’est une technique qui permet de régénérer les rejets de bananes à partir d’une plante mère saine dans un temps réduit. Elle permet également de multiplier rapidement des plantules pour remplacer par exemple les bananiers d’un champ infecté de maladies.

Relativement simple, la macro propagation est moins onéreuse, peut se faire au champ ou dans un hangar et est accessible à tout le monde.

Comment procéder ? Lire la suite

Pas besoin d’antibiotiques pour un virus, même pour une bonne grippe.

antibiotique2Dans le cadre de la journée Internationale des consommateurs, qui avait pour thème  « les antibiotiques dans l’alimentation » , Ben Ahmed, infirmier de son état, a partagé quelques conseils de profssionnel sur l’usage des antibiotiques.

 Un petit rappel

Pas besoin d’antibiotiques pour un virus, même pour une bonne grippe.

Un virus, ça guérit généralement tout seul sans complication, après quelques jours, sans antibiotiques, parce que notre corps est bien équipé pour les détruire.

Une sinusite ou encore une otite ou une « bronchite », sont des infections surtout causées par des virus et non des bactéries.

Prescrire d’antibiotiques pour ces problèmes cliniques, ne favorise pas la guérison. Le consensus, aujourd’hui, est plutôt inverse: pour l’une ou l’autre de ces infections les antibiotiques sont peu utiles et ne sont généralement plus recommandés.

Que faire donc en cas d’otites ou de sinusites?  Lire la suite

Le choix des sites comoriens à inscrire sur la liste du P.M. de l’UNESCO

12235002_10153716996404935_5030711457282106871_nChers Amis du Musée et du Patrimoine Comorien.

Je me dois de réagir pour apporter quelques explications et précisions, sur des questions et réactions de certains parmi vous, que j’ai pu relever sur Facebook, après la publication de l’article sur l’état de nos Dossiers d’Inscription de nos sites sur la Liste du PM. Les réactions ont surtout été émises à propos du site en série, les « Sultanats Historiques des Comores », regroupant cinq de nos villes, mais rien sur l’attitude quelque peu énigmatique de nos autorités face aux partenaires pourvus de bonne volonté.

Sur ce, certains d’entre vous se demandent pourquoi d’autres villes, telles Ntsaweni, Koimbani à Ngazidja, Basra actuelle Ouani à Anjouan, et d’autres encore à Mwali, etc., ne figurent pas sur cette liste, en voie d’inscription sur la Liste du PM ? Questions légitimes et honnêtes, car « Tout citoyen du monde doit retrouver sa culture sur la Liste du PM ». Mais n’oublions pas que là il s’agit d’une Convention mondiale, régie par des lois, des principes, des critères auxquels nous devons nous conformer, une fois que nous l’avons acceptée, adoptée et ratifiée. Lire la suite

Droit des passagers comoriens-Territoire français pour une compagnie malgache

Les passagers des compagnies aériennes qui desservent les Comores sont frustrés. Ils ont souvent l’impression que leurs droits sont bafoués et qu’ils n’ont aucun recours possible vis à vis de société en quasi-monopole et d’un état qui ne joue pas son rôle de régulateur.

Ben TCHEIKH a partagé ceci sur le forum consommateurkm@googlegroups.com en réaction à ce message publié sur facebook:   Lire la suite

Peut-on bricoler la santé?

La crise qui secoue actuellement nos hôpitaux tient essentiellement à un problème de priorité  et de gouvernance : payer l’armée ou investir dans la santé? Travailler en clinique ou à l’hôpital? Fournir des 4×4 aux fonctionnaires ou doter nos urgences de défibrillateurs? Valoriser la compétence ou favoriser le chauvinisme? Poser ces questions c’est y répondre; la société a un choix à faire; la santé, ce don de Dieu, a un coût énorme mais aussi des bénéfices incalculables  si le fardeau qui vise à la protéger est assumé collectivement. Par exemple : au Québec, la santé constitue le premier poste budgétaire absorbant presque 40% des dépenses de l’État; c’est un choix décisif qui n’a jamais été remis en question.

Pourquoi chez nous, la santé, cette richesse à la fois individuelle et collective, n’a jamais eu l’importance qu’elle mérite? Les crises récurrentes qui affectent le fonctionnement du plus grand centre hospitalier des Comores, nous rappelle tragiquement cette vérité. Tout le monde s’accorde pour dire que ce n’est qu’un symptôme, quoi qu’invalidant, parce que le mal est ailleurs : l’agonie dure depuis trop longtemps par négligence, par insouciance. La gangrène a atteint l’os. Lire la suite

En discussion sur le forum, Si j’étais ministre de la santé

Lors de mon dernier passage à El-Maarouf, mise à part le manque d’hygiène flagrant et la décrépitude des locaux qui nous donne plus l’impression d’être dans une porcherie, ce qui m’a surtout frappé, c’est l’indifférence des gens. Les employés comme les malades semblaient s’en foutre éperdument de la dégradation avancée de cet hôpital. En discutant avec certains d’entre eux, tous avaient les mêmes réactions « tsasi bo Ben pvanu ndapvo ra hundra » parce qu’ils savaient qu’à l’époque où je travaillait dans cette institution, cet endroit qu’on appelle encore hôpital, avait quelque chose qui s’apparentait à un lieu où l’on soignait des humains.  Lire la suite

Gènes de putschistes et gènes de séparatistes par Damir Ben Ali

Le Directeur de Cabinet du Chef de l’État a accusé, à la télévision nationale, le président Said Mohamed Cheikh d’avoir transféré la capitale de Dzaoudzi à Moroni. Il se réfère à la littérature coloniale comme beaucoup d’autres qui ignorent l’histoire même la plus récente. Il a aussi traité les Wangazidja de putschistes. Je ne veux pas laisser croire que ces propos sont ceux d’un représentant d’une île.  Ils expriment la pensée d’un groupe de personnes issue des générations politiques formées par notre école dans toutes nos îles.
Quand l’école coloniale apprenait à ses élèves que leurs ancêtres étaient des Gaulois, elle ne trompait que ses propres enseignants. Les élèves qui avaient fait l’école coranique et qui arrivaient chez les Wazungu âgés de plus de dix ans ne pouvaient pas être dupes. Ils avaient soif de connaître ce que les Arabes et les Bantu, leurs vrais ancêtres ont fait. Lire la suite

Injures et cohésion sociale dans l’Océan Indien

 

Nous  publions  ce message publié  dans  le  forum de la  FCC : https://groups.google.com/forum/#!topic/consommateurkm/bMr4KqN3M9s, par Mme  Moinayesha Yahaya, chercheuse  au CNDRS, enseignante, en espérant que  son appel sera  entendu.

« Cela fait plus de deux ans que je travaille sur ce thème étant  préoccupée par les conflits sociaux qui sont souvent attisés par des préjugés injurieux qui débouchent souvent sur une guerre de clans et jusqu’au wukutruzi pour ce qui nous concerne. Je vous prie de bien comprendre que je ne veux pas prétendre expliquer les origines du sectarisme ou du séparatisme, mais je pense que les propos injurieux sont des ingrédients aggravants. Pour ce qui est des origines du séparatisme il me semble qu’il existe un article de Damir très intéressant à ce sujet. Et c’est important de considérer que ces conflits sectaires dans notre pays touchent aussi bien les îles, les villages que les quartiers. Lire la suite

L’enseignement aux Comores, que faire après tant d’échec au Bac?

Said Mchangama

Ce texte publié par M. Damir ben Ali dans Al Watwan, a déjà été posté dans le forum.  Je pensais le republier après mon retour au pays, étant à l’étranger, suite aux échanges sur la première femme comorienne instruite  et la (non) définition de ce qu’est pour nous l’instruction. La reprise  du débat sur l’échec au bac vient bien à propos  pour le porter à l’attention de tous.
Texte publié en supplément au n° 32 de « Al Watwan voir le lien:

Amroine

Je me permets d’intervenir dans ce débat, juste pour dire (i) que les Comores ont démontré qu’elles sont en mesure de mettre en place, d’organiser et de faire fonctionner un système éducatif qui peut répondre aux attentes de la population, avec en son sein un dispositif d’auto-évaluation pour son amélioration, et (ii) qu’elles peuvent encore se ressaisir pour trouver et faire évoluer une voie qui puisse être porteuse d’espoir. Lire la suite