Les bactéries résistantes aux antibiotiques existent aux Comores

2016-03-10 13.16.52Le Docteur Mmadi Ibrahima

« Oui  les bactérie résistantes  aux antibiotiques existent aux Comores »

Dans un entretien avec Hayatte Abdou et Abdou Moustoifa de la cellule communication de la FCC, Le Président du Conseil de l’Ordre des Médecins Gynécologue Mmadi Ibrahima, confirme que « les bactéries résistantes aux antibiotiques » sont bien présentes aux Comores. Il parle des risques de cette résistance et de la surveillance à exercer pour les femmes enceintes ainsi que les précautions à prendre face aux aliments industriels. Continuer la lecture

L’insécurité alimentaire augmenterait le coût des soins de santé.

bananeLes gens qui ne mangent pas à leur faim font davantage appel aux services de santé, révèle une étude menée en Ontario (Canada) et publiée dans le Journal de l’Association médicale canadienne. Selon le degré d’insécurité alimentaire, les coûts engagés pour soigner ces personnes sont de 23% à 121% supérieurs à ceux nécessaires pour soigner les gens qui n’ont pas de mal à se procurer des aliments.

En tant que professionnel de la santé, cette information m’interpelle dans la mesure où deux facteurs contributifs, fondamentaux pour la sauvegarde de notre  qualité de vie sont dans un état alarmant dans notre pays à savoir : l’insécurité alimentaire chronique dans nos foyers respectifs (zuli, ndzaya, twauni) et la dégradation des soins et services de santé en raison du sous financement public de notre système de santé (umavu unono djimla).  Continuer la lecture

Traitement de la malnutrition aux Comores, témoignage de l’ancienne directrice de la DRS de Ngazidja

Unicef Canada_PHOTO_EN_9195-e1452615384280Suite à un article sur le « Plumpy’nut » surnommé « la potion magique » ou le « Nutella des pauvres » https://ecceafrica.com/plumpynut-lutter-contre-malnutrition-enfants/ , soumis pour étude à la commission nutrition de la FCC, le Dr Zouleika Abdallah, ancienne directrice de la DRS de Ngazidja nous livre ici un état de lieux de la prise en charge des enfants souffrants de malnutrition aux Comores, particulièrement à la Grande Comore.  En ce qui concerne la FCC, cet article nous a interpellé sur 2 points essentiels, le risque d’obésité et d’allergie suite à la consommation de ce produit même si le produit jouit d’une double recommandation de l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) et du PAM (Programme Alimentaire Mondial). Comme tout produit raffiné, le respect des conditions d’utilisation est indispensable pour éviter tout effet secondaire. D’où notre questionnement à savoir si dans les pratiques, notre système de santé applique à la lettre les protocoles.

Ce témoignage nous renseigne à la fois sur le fonctionnement et l’état des connaissances sur la question de notre système de santé. Continuer la lecture

Réunion d’information et de sensibilisation sur les droits des malades et l’accès aux soins en Union des Comores

DSCN9403La FCC a organisé samedi 19 Décembre, une réunion d’information et de sensibilisation sur les droits des malades et l’accès aux soins en Union des Comores.

Ont été invités à cette rencontre :

  • Le vice-président en charge de la santé
  • Le Président du conseil de l’île autonome de Ngazidja
  • Monsieur le Président du conseil de l’ordre des médecins
  • Monsieur le Directeur de Cabinet au conseil de l’île autonome de Ngazidja
  • Le Président de l’association des maires de Ngazidja
  • Des Maires et des chefs des villages
  • Madame la représentante de l’OMS aux Comores
  • Monsieur le représentant de l’UNICEF
  • Monsieur le Président de la commission des affaires sociales à l’assemblé en Union des Comores
  • Monsieur le Directeur National de la santé
  • Monsieur de Directeur Régionale de la santé
  • Monsieur le Directeur des établissements de santé publiques et privés
  • Monsieur le Directeur de l’hôpital El-Maarouf
  • Monsieur le Secrétaire Général de l’hôpital El-Marouf
  • Des médecins chefs de différents districts
  • L’association des agents communautaires de santé
  • L’association des sages-femmes
  • Les responsables des cercles de la FCC
  • Des représentants de la presse

Continuer la lecture

Conférence sur les droits des malades organisés par la FCC

DSCN9402L’Union des Comores a célébré pour la première fois, le 05 décembre 2015, la Journée Mondiale des Droits des Malades-Journée de Solidarité avec les Patients. Le droit des malades doit être une préoccupation quotidienne, un enjeu majeur de la santé publique et de droit humain. Dans le message de la Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique à l’occasion de cette journée, l’accent a été mis sur « le droit humain à avoir accès à des soins abordables et de qualité sans crainte d’être discriminé ». Continuer la lecture

« La Santé est un Droit Humain », Journée Mondiale de Solidarité avec les patients aux Comores.

unnamedAujourd’hui 05 décembre 2015, le monde entier va célébrer la Journée Mondiale de Solidarité avec les patients dont le thème cette année est : «  La Santé est un Droit Humain ». Pour la première fois,  cette Journée Mondiale de Solidarité avec les patients sera célébrée aux Comores par le Ministère de la Santé avec le soutien de  l’OMS et la participation de la FCC. Continuer la lecture

El-Maarouf peut survivre si…

El MaaroufLa nouvelle est foudroyante, la douleur inconsolable, El-Maarouf replonge dans le coma ; fait nouveau, les gestionnaires expérimentés ne se bousculent plus à son chevet pour le réanimer. Qu’est-ce qui les fait fuir? Cette énième crise et son issue sont une désolante démonstration de l’incohérence d’un État en faillite, incapable de gérer par priorité. Pourtant, le défi semble intéressant mais, l’enjeu en vaut-il la chandelle, compte tenu des échecs répétitifs subis par ceux qui ont tenté, jusqu’ici, de venir à son secours?

Le défi serait-il, à ce point, insurmontable? Probablement! Cessons de jouer à l’autruche. Nous savons que les causes profondes à l’origine de sa décrépitude n’ont jamais été résolues et ont  atteint le point de non-retour : infrastructures délabrées et mal entretenues; détournements systématiques des recettes; abus flagrants de tous genres; professionnels démotivés, etc. C’est la conjonction de plusieurs facteurs qui, à mon avis, ont provoqué la perte de notre hôpital.

Dans le même ordre d’idées, de crise en crise, El-Maarouf reçoit le même traitement. Pourtant, ces moments de tensions sont des belles occasions ratées de discussions pour trouver une solution durable contre les multiples pathologies concomitantes et chroniques qui l’affectent. Au contraire, pour se donner une conscience, nous choisissons des raccourcis en nommant un directeur à la va-vite sans lui donner les moyens appropriés dont il a besoin pour faire convenablement son travail et l’on s’étonne des résultats épouvantables qui en découlent.  Continuer la lecture

Peut-on bricoler la santé?

La crise qui secoue actuellement nos hôpitaux tient essentiellement à un problème de priorité  et de gouvernance : payer l’armée ou investir dans la santé? Travailler en clinique ou à l’hôpital? Fournir des 4×4 aux fonctionnaires ou doter nos urgences de défibrillateurs? Valoriser la compétence ou favoriser le chauvinisme? Poser ces questions c’est y répondre; la société a un choix à faire; la santé, ce don de Dieu, a un coût énorme mais aussi des bénéfices incalculables  si le fardeau qui vise à la protéger est assumé collectivement. Par exemple : au Québec, la santé constitue le premier poste budgétaire absorbant presque 40% des dépenses de l’État; c’est un choix décisif qui n’a jamais été remis en question.

Pourquoi chez nous, la santé, cette richesse à la fois individuelle et collective, n’a jamais eu l’importance qu’elle mérite? Les crises récurrentes qui affectent le fonctionnement du plus grand centre hospitalier des Comores, nous rappelle tragiquement cette vérité. Tout le monde s’accorde pour dire que ce n’est qu’un symptôme, quoi qu’invalidant, parce que le mal est ailleurs : l’agonie dure depuis trop longtemps par négligence, par insouciance. La gangrène a atteint l’os. Continuer la lecture

En discussion sur le forum, Si j’étais ministre de la santé

Lors de mon dernier passage à El-Maarouf, mise à part le manque d’hygiène flagrant et la décrépitude des locaux qui nous donne plus l’impression d’être dans une porcherie, ce qui m’a surtout frappé, c’est l’indifférence des gens. Les employés comme les malades semblaient s’en foutre éperdument de la dégradation avancée de cet hôpital. En discutant avec certains d’entre eux, tous avaient les mêmes réactions « tsasi bo Ben pvanu ndapvo ra hundra » parce qu’ils savaient qu’à l’époque où je travaillait dans cette institution, cet endroit qu’on appelle encore hôpital, avait quelque chose qui s’apparentait à un lieu où l’on soignait des humains.  Continuer la lecture

Pasco I : les acteurs dressent un bilan satisfaisant

Le Projet d’Appui au Secteur de la Santé en  Union des Comores (Pasco) est  financé par l’Agence Française de Développement (Afd). L’objectif est de contribuer à l’amélioration de l’état de santé de la population comorienne, en particulier de la santé maternelle et néonatale. Il est financé à hauteur de 10 millions d’euros pour sa première phase de 2007 à 2014. La Fédération Comorienne des Consommateurs (Fcc) a approché les responsables de ce projet pour  faire un bilan de ses réalisations et savoir si les objectifs du projet ont été atteints.  

Pasco 1 SITE

Beaucoup de réalisations inscrites mais méconnues. Tel est le bilan de la première phase du Pasco. Des réhabilitations, reconstructions et équipements de centres de santé, des formations du personnel de santé, des appuis au ministère de la santé pour la mise en œuvre de la politique nationale de développement sanitaire et amélioration de l’accessibilité financière aux soins,  figurent parmi les activités du projet. Continuer la lecture