Electricité : Non au grand retour en arrière!

MamweCela fait des  semaines  que le plan de  distribution de la Mamwe n’est plus respecté. La direction, il faut le reconnaître, informe le gouvernement et le MMM, de chaque pas en arrière, dans la réduction de la capacité de production.

Il faudrait trouver la tombe du sorcier consulté pour l’implantation du sorcier de Vwadju, pour la brûler, tant à suivre les explications de la Mamwe, ce  site  est  kisirani-nuhusi. Puisque la Mamwe fait de son mieux mais rien n’y fait.

Les pièces des moteurs  chinois qui auraient dû  être livrés en novembre, ne sont toujours pas arrivées et la Mamwe a décidé d’aller les acheter elle-même  à Dar Es Salaam , avec l’assistance  de l’ambassade des  Comores en Tanzanie.  C’est sur  la base de la disponibilité de ces pièces que la Mamwe s’engageait à une  amélioration du plan de  distribution à la fin de 2014

Les  Iraniens qui révisent d’autres  moteurs promettent, promettent  et traînent.

Le directeur technique, reconnaissons-le, informe très ouvertement de l’évolution ou plus  précisément de la régression  de la situation.  Nous avons suivi  la régression  de 10,6 mégawatts   9,6, à 8,6  à  on ne  sait plus.  Plus rien n’est respecté.

Cette situation montre combien la Mamwe est une société malade, incapable d’une gestion prévisionnelle de  son outil de production. Le gouvernement qui ferme les  yeux étant le premier responsable, faisant vivre un nid d’emplois pour  amis, au besoin par des  subventions, au mépris des intérêts  de la population.

Le MMM a  alerté plusieurs  fois  le gouvernement  que la  situation devient intenable. Lors d’une réunion d’urgence de MMM de revue  de la  situation dans les  localités, les  débats ont porté  sur  les réponses  à  donner au  gouvernement en cette  période :  boycott des autorités nationales  dans les  maulid  et des voitures de l’état dans les  villages, lancement d’un mot d’ordre de préparation de boycotts  des  élections  (Pas d’électricité, pas d’élections ?)…

La  situation n’est pas  simple, ne  serait-ce que  pour  savoir  si un boycott  des  élections  avantagerait le mouvement  social ou ceux  qui profitent  de l’anarchie actuelle  et ne sont pas  affectés par le manque d’électricité. Il est surprenant qu’en période d’affrontement politique le problème du manque d’énergie  et de la politique énergétique soit absent du débat.

Lors de la réunion qui a  eu lieu  le mercredi 31/12 à la demande  du MMM, le Ministre de la production chargé de l’énergie  a plaidé  la bonne  foi du gouvernement, qui continue  de  soutenir  la  Mamwe, comme  convenu. La Mamwe avance que le  mauvais état  des moteurs  est dû à leur  surutilisation notamment pendant le mois de ramadan. L’éclatement des moteurs  est inattendu même  si ce n’est pas tout  à fait une  surprise. La seule bonne  foi d’un gouvernement  acceptable par la nation est celle qui vise à satisfaire les besoins de la population et les engagements pris.

Le gouvernement va allouer l’argent d’achat des pièces à Dar Es Salaam pour que la Mamwe  puisse  retourner au niveau de novembre et reprendre le plan de  distribution au plus tard fin janvier.  Jusqu’à  quand ?

Les  délégués  du MMM  ont  avancé les points suivants :

– Nous n’écoutons plus les promesses de la Mamwe et ne les relayons plus auprès de la population.  Le MMM a démontré sa  bonne  volonté et son souci du dialogue. C’était une main tendue éducative.

– Refus de considérer la promesse d’un retour au niveau de novembre à la fin janvier. Le  maximum  doit être  la mi-janvier.

– Constate que  depuis octobre le gouvernement n’a pris  aucune mesure  pour  une  structuration de la Mamwe comme convenu  dans les  discussions de début novembre.  Le  gouvernement a-t-il peur de prendre les mesures qu’il  faut, attend –t-il la mise en  œuvre de l’assistance  de  7 milliards de la  Banque Africaine  de  Développement et de la Banque Mondiale,  dont les  premiers effets interviendront au plus tôt en juin 2015. Le gouvernement  envisage-t-il de faire vivre la population dans le noir jusque-là ?

– Tant qu’il n’y a pas  de  fourniture d’électricité la Mamwe  doit cesser d’envoyer ses agents  exiger des  arriérés et faire  des  contrôles. Leur sécurité ne sera pas  garantie comme ce fut le cas  pendant les  2 -3 semaines où elle a à peu près  tenu ses  engagements.

– Que le gouvernement exerce un contrôle effectif sur l’avancement des travaux  de révision et de réparation.

Les  délégations  ont  convenu :

  • De  se retrouver le  jeudi 8 janvier.
  • De constituer une délégation tripartite qui fera une visite  hebdomadaire à la centrale  de Vwadjuu pour le suivi des travaux
  • De suspendre la collecte des  arriérés dans les villages tant qu’une distribution régulière n’a pas repris.
  • D’organiser rapidement les  assises sur l’énergie  avec la  participation de toutes  les parties   concernées  du secteur associatif,  du  secteur  privé, des professionnels  et de l’état.

Le  MMM est  entrain de  consulter ses membres  sur  les réponses de masse puissantes, pacifiques à  donner. Qu’elles soient horizontales ou verticales, géographiques, financières, technologiques  ou d’opposition pacifique au désordre organisé ou toléré par les  autorités.

Said Mchangama

Président de la Fédération Comorienne des Consommateurs (FCC)

 

Print Friendly, PDF & Email