Et si notre système scolaire évoluait ?

  Le besoin de changement dans le système éducatif est devenu une réalité indéniable. Après le fiasco du baccalauréat 2011, de vives réactions ont secoués les comoriens d’ici et d’ailleurs. Des solutions d’urgences ont commencés à se mettre en place. Mais quels peuvent-être les alternatives possibles ? Comment arriver à stabiliser le système et améliorer l’accès à une scolarité de niveau acceptable de manière durable ?  Ce ne sont pas les solutions qui manquent, quelques soit celles qui seront de rigueur, elles devront émerger d’une réflexion concerté entre les citoyens, les professeurs et les membres du gouvernement. Énième concertation, mais à quand l’action me direz-vous ?  Mais une action pour faire de l’action quel intérêt ? Il serait bon que la construction ou la reconstruction d’un système scolaire s’inspire des autres systèmes scolaire existant. L’analyse de ses différents systèmes nous permettra de déterminer quelques solutions qu’on adaptera à la spécificité comorienne.

  Les Comores ont actuellement quasiment le même programme, que les petits français. Mais, ceci ne veut pas dire que le système scolaire français est inintéressant. S’inspirer de l’organisation, de la gestion du personnel, de la définition du rôle de chacun des acteurs de l’éducation nationale est possible tout en gardant un programme scolaire 100% comoriens. Ou alors, s’inspirer des autres systèmes scolaires, indiens,chinois, marocains, algériens, anglo-saxon, néerlandais..etc

  L’important est de comprendre que la structure administrative est  la fondation du système scolaire. Avec le meilleur programme scolaire qu’il puisse exister, si l’on n’arrive pas à avoir une administration solide, organisée et irréprochable, c’est comme une maison sans fondation, un jus d’orange sans orange.

  Ainsi, il me semble indispensable d’établir des priorités comme:

  • Assainir l’administration (déterminer le rôle exact de chaque personne, avoir des contrats de fonctionnaires avec des exclusions sur tout autre poste dans une organisation privée)
  • Améliorer son fonctionnement, ensuite s’occuper de la gestion du personnel ( objectif maintenir les professeur en place, les salaires des différents acteur de l’éducation national)
  • Revoir la gestion d’un établissement et son fonctionnement ( la gestion du nombre d’enfants inscrit, leur provenance…etc)
  • Améliorer la carte scolaire (qui nécessitera sans doute la construction de nouveaux lycées vu l’augmentation de la population)

  Une fois avoir déterminé un système administratif clair et précis, entamer une réflexion profonde sur la scolarité en elle-même. Il ne serait pas inintéressant d’envisager :

  • La suppression de l’examen d’entrée en 6ème et préféré déterminer le passage en sixième par un conseil de classe qui examine le niveau réelle de l’élève
  • La mise en place d’examen avant la sixième pour surveiller l’apprentissage de l’élève (sans que cet examen soit déterminant pour le passage en classe supérieur )
  • Organiser (par le ou les directeurs surtout en primaire) des réunions de parents à la rentrée pour impliquer les parents et expliquer la scolarité
  • Proposer  ou imposer des modules découverte de pêche/agriculture/élevage pour promouvoir ce secteur suivant les possibilités de la région (mais bon peut être que ça existe déjà ou que les élèves sont déjà sensibiliser par leur famille.)
  • Éviter que les professeurs d’un village exerce dans leur village (car c’est le meilleur moyen de faire l’apprentissage de la corruption)
  • Mettre en place un système fonctionnelle d’inspecteur de l’académie dont le but est d’évaluer la qualité de l’enseignement et de l’établissement

  Ce sont des propositions parmi d’autres qui n’ont que pour seul prétention de suscité le débat. S’il y en a d’autres qui connaissent d’autres systèmes scolaires, ou qui ont d’autres propositions, nous vous invitons chaleureusement à participer sur le site. Ensemble agissons vers une brillante éducation national.

Askanza

Print Friendly, PDF & Email