Idriss Mohamed présente un projet de Dossier Médical Personnel en ligne

DSCN8022Le mercredi 5 février 2014, s’est tenue à l’invitation de la FCC, une réunion qui a regroupé des professionnels de santé, la  presse et des membres de la FCC.

L’objectif était de permettre aux médecins de s’entretenir avec  Monsieur Idriss Mohamed qui a mis en ligne un site web (www.ci-dmp.com) permettant à tout un  chacun d’enregistrer  et  disposer de son dossier médical personnel à portée de main.

En effet, Comores Informatique a mis en place un site web permettant à tout internaute de disposer de son DMP en ligne peut importe là où il se trouve. Il suffit d’avoir accès à internet pour pouvoir créer son profil et commencer à constituer son DMP.

Le contexte qui a emmené à mettre en place cet outil est le suivant : Beaucoup de gens qui doivent se faire soigner à l’étranger sont contraints d’apporter t un tas de dossiers médicaux et le plus souvent oublient ou perdent même quelques pièces (une radio, des analyses, …). Du coup l’idée de pouvoir disposer à portée de main son DM a poussé à la mise en ligne d’un tel outil. De surcroit ce service est gratuit à 100% et peut être utilisé par toute personne disposant d’Internet.

Pour ce faire, il faut créer un compte sur la plateforme, documenter son profil en rajoutant ses antécédents médicaux et ensuite commencer à rajouter chronologiquement les différents actes médicaux avec les pièces jointes y afférentes.

Selon Mr Idriss, la sécurité du système est garantie par  mot de passe et des Captcha et aussi par l’hébergeur du site web.

L’assistance composée de Médecins et surtout du Président de l’ordre des médecins de Ngazidja a salué l’initiative tout en clarifiant ce que l’on peut faire ou non avec un tel dispositif. L’évolution de la médecine par le développement de l’informatique et des TIC fait que des pratiques nouvelles verront surement le jour aux Comores notamment l’ordonnance médicale qui ne sera utilisable que dans les pharmacies agréées par exemple. Ceci permettra entre autre de lutter contre la vente non autorisée de médicaments. Le Président de l’Ordre des Médecins a quand même insisté sur le fait que tout patient est libre de faire tout ce qu’il veut des dossiers qui lui sont remis lors des consultations médicales à ses risques et périls. Par contre, il a attiré l’attention de ses confrères présents du fait qu’ils ne sont pas tenus de prendre en considération tout ce qu’un patient dira ou présentera de lui-même comme un élément permettant de poursuivre un traitement déjà commencé. Dans pareille situation et si le besoin se fait sentir, c’est entre confrères que des échanges de dossiers et d’avis se font.

La justification d’une telle attitude porte sur l’authenticité et la fiabilité des documents en la possession du patient.

Lors de ces échanges, il est apparu important de pouvoir garantir et respecter les normes techniques lorsque par exemple il faudra scanner une radio pulmonaire ou une mammographie qui ont des dimensions dépassant les scanners qu’on peut trouver en local. Ce genre de bureau pourrait être soumis à la déontologie médicale pour garantir à tous les particuliers qui iraient scanner des dossiers le secret médical.

Mr Idriss a tenu à rappeler l’utilité du site qu’il a mis en place, qui doit juste permettre aux gens de pouvoir disposer de leur dossier médical à tout moment peu importe là ils se trouvent à condition d’avoir Internet. Par ailleurs il a informé l’assistance de la possibilité de rajouter de nouvelles fonctionnalités dans le site notamment permettre aux médecins par exemple d’interagir sur la plateforme. Pour se faire, il faudra étudier les voies et moyens pour de tels rajouts.

Néanmoins, lors des ces échanges il est apparu que les médecins ont des besoins notamment :

–          Avoir une plateforme d’échange (Forum) entre praticiens au niveau local

–          Pouvoir partager des dossiers médicaux de patients communs.

–          Pouvoir gérer une clinique avec une application informatique

Le Président de la FCC a ainsi recommandé qu’un dialogue et des échanges entre professionnels comoriens  des  différents secteurs puissent se tenir afin d’identifier mutuellement ce qui peut être fait en se basant sur des besoins exprimés et avérés. Il ne faut pas que les entrepreneurs et innovateurs comoriens soient toujours  accueillis par l’indifférence.   C’est aux gens  de métiers, de sensibiliser les branches  professionnelles, le marché et l’état sur la pertinence des innovations et entreprendre les  démarches administratives et /ou professionnelles pouvant mener à son adoption.

La FCC n’a pas  de pouvoir normatif, mais  peut pousser au dialogue en  espérant que dans un proche  avenir des  structures professionnelles se mettent en place.

L’exemple du Kenya a été cité dans ce sens car le pays se développe grâce à l’innovation technologique avec le développement d’applications informatiques, web et mobiles répondant aux besoins locaux. Ces innovations s’exportent ensuite très bien car n’existant pas ailleurs notamment dans les pays développés où il ils trouvent une utilité.

Enfin il a été suggéré de mettre une note au niveau du site afin d’expliquer aux usagers potentiels ce qu’ils peuvent ou non faire d’un tel outil.

DSCN8023 DSCN8021 (1) DSCN8022Lieu et date : Siège FCC le 05 février 2014

Objet de la réunion : Présentation du Dossier Médical Personnel

Présentateur : Monsieur Idriss Mohamed, Comores Informatique

Participants : Président FCC, Idriss Mohamed (Comores  Informatique), Dr Mmadi Ibrahim  Président du Conseil de l’ordre  de  Ngazidja, Dr Nassur  Said  Soimihi – chef du  service de médecine interne  El Maarouf , Dr  Ahmed Abdourazak médecin référent  SIDA – COI, Dr Mistoihi Hassani Msoma,  psychêtre, Dr Myriam Youssouf pédiatre, Dr Salma Ahmed généraliste, Dr Zouleika Abdallah Directrice du service de  santé de  Ngazidja, Mohamed Youssouf (FCC),  Abharia  Said  Abdallah (AlWatwan), Karim ATTOUMANI MOHAMED (FCC), Omar Badaoui ( biologiste –FCC)

Par le rapporteur,

Ing. Karim ATTOUMANI MOHAMED

Print Friendly, PDF & Email