Indice FAO des prix des produits alimentaires : net rebond.

http://www.fao.org/worldfoodsituation/foodpricesindex/fr/

Date de parution : 06/03/2014

home_graph_2_frhome_graph_1_fr

 

 

 

 

 

 

» L’indice FAO des prix des produits alimentaires s’est établi à une moyenne de 208,1 points en février 2014, soit 5,2 points (2,6 pour cent) de plus que l’indice de janvier, qui avait été légèrement révisé.  L’indice de février se situe cependant 2,1 pour cent en dessous de ce qu’il était à la même date un an auparavant. Le rebond de février, le plus important constaté depuis la mi-2012, est le résultat d’une hausse des cours dans tous les groupes de produits qui servent au calcul de l’indice, à l’exception de la viande, dont le cours a légèrement diminué. Les produits ayant enregistré la plus forte hausse au cours du mois écoulé sont le sucre (+ 6,2 pour cent) et les huiles (+ 4,9 pour cent), suivis des céréales (+ 3,6 pour cent) et des produits laitiers (+ 2,9 pour cent).

» L’indice FAO des prix des céréales s’est établi à une moyenne de 195,8 points en février, soit 6,8 points (3,6 pour cent) de plus que le mois précédent. Cet indice correspond à la hausse la plus forte enregistrée depuis juillet 2012. Le rebond du mois qui vient de s’écouler traduit principalement des inquiétudes concernant la récolte de blé aux États-Unis, alliées à une vive demande de céréales secondaires tant pour l’alimentation animale que pour les agrocarburants et à la vigueur des cours du riz japonica. Cependant, les prix des céréales se maintiennent, dans l’ensemble, à un niveau inférieur de 18,8 pour cent à ceux de février 2013, signe évident que la situation mondiale en ce qui concerne l’offre et la demande s’est considérablement détendue par rapport à l’an dernier.

» L’indice FAO des prix de l’huile végétale s’est établi en moyenne à 197,8 points en février, soit 9,2 points (4,9 pour cent) de plus qu’en janvier, une hausse qui résulte surtout d’un raffermissement des cours de l’huile de palme et de l’huile de soja. Ce sont principalement la crainte d’une sécheresse dans certaines grandes zones de production de l’Asie du Sud-Est et une demande mondiale soutenue, notamment de la part des producteurs de biodiesel, qui expliquent la fermeté du marché de l’huile de palme. En ce qui concerne l’huile de soja, les prix ont monté suite à la crainte de conditions climatiques défavorables en Amérique du Sud et des effets que celles-ci pourraient avoir sur la récolte.

» L’indice FAO des prix des produits laitiers s’est établi en moyenne à 275,4 points en février, soit 7,7 points (2,9 pour cent) de plus qu’en janvier. La demande est demeurée ferme pour tous les produits laitiers, en particulier en Afrique du Nord, au Moyen-Orient (lait écrémé en poudre et lait entier en poudre) et en Fédération de Russie (beurre). Une offre limitée a soutenu les prix et l’indice se situe actuellement 31,3 pour cent au-dessus de son niveau de février 2013. Des conditions météorologiques tempérées dans certaines régions d’Europe occidentale ont favorisé un bon démarrage de la campagne 2014/15, qui n’atteindra son apogée qu’en avril-mai. Durant ce temps, les offres à l’exportation en Océanie demeurent limitées.

» L’indice FAO des prix de la viande s’est établi en moyenne à 182,6 points en février, soit seulement 0,5 point en dessous de l’indice révisé de janvier. En général, les prix ont peu évolué dans les différentes catégories de viande. Si l’on examine l’évolution à long terme en regard de la situation en février 2013, on constate que la baisse du coût des aliments pour animaux a contribué à faire fléchir dans une certaine mesure le prix de la viande de volaille et de la viande de porc. Cependant, sur la même période, le prix de la viande bovine n’a pratiquement pas évolué et le prix de la viande ovine a été soutenu par des offres limitées à l’exportation.

» L’indice FAO des prix du sucre s’est établi en moyenne à 235,4 points en février, soit 13,7 points (6,2 pour cent) de plus qu’en janvier. Après une baisse sur les trois derniers mois, les prix du sucre sont repartis à la hausse fin février suite à la crainte que la récolte n’ait souffert du manque de pluie au Brésil et à des prévisions récentes concernant un risque de baisse de la production en Inde.

Print Friendly, PDF & Email