Injures et cohésion sociale dans l’Océan Indien

 

Nous  publions  ce message publié  dans  le  forum de la  FCC : https://groups.google.com/forum/#!topic/consommateurkm/bMr4KqN3M9s, par Mme  Moinayesha Yahaya, chercheuse  au CNDRS, enseignante, en espérant que  son appel sera  entendu.

« Cela fait plus de deux ans que je travaille sur ce thème étant  préoccupée par les conflits sociaux qui sont souvent attisés par des préjugés injurieux qui débouchent souvent sur une guerre de clans et jusqu’au wukutruzi pour ce qui nous concerne. Je vous prie de bien comprendre que je ne veux pas prétendre expliquer les origines du sectarisme ou du séparatisme, mais je pense que les propos injurieux sont des ingrédients aggravants. Pour ce qui est des origines du séparatisme il me semble qu’il existe un article de Damir très intéressant à ce sujet. Et c’est important de considérer que ces conflits sectaires dans notre pays touchent aussi bien les îles, les villages que les quartiers.

Je voulais aussi souligner qu’il s’agit ici d’un thème de recherche et non d’un débat politique, ce qui exige qu’on doit faire beaucoup d’enquêtes de terrain pour pouvoir éclairer une situation et éviter d’avancer des propos subjectifs (les chants comoriens sont à mon sens une source d’informations importantes) .

Pour le moment je n’ai qu’une seule personne de l’université de la Réunion qui s’est engagée à intégrer ce programme de recherche. Il s’agit de Mme Zalhata Mouhalide Combo.

Je vous envoie ci-joints un extrait de mon travail en cours, et un extrait d’une étude plus documentée de Larguèche Evelyne sur l’anthropologie des injures ainsi qu’un extrait de l’affaire Tapie (montre la blessure causée par une parole perçue comme injurieuse).

Je sais que beaucoup d’argent est investi dans le pays pour trouver des solutions durables aux conflits et renforcer la cohésion sociale après la crise séparatiste mais je considère qu’on a négligé cet aspect des propos injurieux qui à mon sens n’est pas négligeable mais qui est difficile à aborder dans le cadre politique.

Je souhaiterais aussi associer d’autres chercheurs de la sous région Océan Indien que vous connaissez et qui pourraient être intéressés par cette thématique, notamment à la Réunion et à Madagascar où on a une forte communauté comorienne, et le phénomène des Sabenas est très instructif à sujet. Et je voudrais savoir si le Commissariat Général Au Plan pourrait parrainer une telle étude en collaboration avec l’UDC et le CNDRS. »

Pour plus de détail voir les liens ci-dessous.

injures et cohésion sociale par Moinaecha C. Yahaya

antropo de l’injure

Quand Bernard Tapie mettait en garde Jérôme Cahuzac

Print Friendly, PDF & Email