Le journaliste Kamardine Soulé « Personnalité du Mois’ d’août de la FCC

Kamardine Soulé, journaliste, est la première « Personnalité du Mois » de la FCC, pour la qualité de ses articles sur l’économie et l’entreprise, pour son engagement de journaliste d’investigation, pour sa foi en l’intelligence du lecteur et son travail de pionnier comorien dans l’utilisation professionnelle des médias sociaux.

11221281_10153499224334935_6298662115138588769_n

La FCC lutte pour le progrès au quotidien, pour l’amélioration de la qualité de vie, pour des produits et services qui confortent la santé et le bien-être de l’humain tout en respectant notre environnement au sens le plus large. Nous ne pouvons pas nous satisfaire de dénonciations et de postures « contre ». Il est important d’avoir l’œil sur ceux qui œuvrent à notre mieux-être dans les différents secteurs d’activités, ceux qui s’attèlent à améliorer la qualité, le rendement des produits et des services, à accroître l’accès du citoyen aux connaissances et à l’information, à instiller plus de gaieté et d’enthousiasme dans notre vie.
Pour la FCC, les bases du progrès sont l’éducation, la santé, la formation professionnelle, le travail bien fait et justement valorisé dans une société d’équité, et, l’information.
La presse, particulièrement la presse écrite est en crise dans notre pays comme dans bien d’autres. Certes, l’honnête journaliste comorien indépendant des pouvoirs, ne vit pas dans la hantise des descentes policières, mais informer, vivre d’informer honnêtement, confine au dévouement sacrificiel. Manque de moyens techniques, absence de ressources financières, absence de formation, une élite pour qui l’information n’est qu’images de postures avantageuses et des comptes rendus valorisant une gouvernance de réunionnite aiguë sans lendemains. Et pourtant, c’est principalement dans cette presse écrite que survivent et apparaissent ceux qui, vaille que vaille, résistent, creusent des sillons de mémoire nationale, refusent que tous les faits restent divers. C’est dans cette pauvre presse-papier, qu’à l’heure des médias sociaux, sont lancées, le plus souvent, les questions qui dérangent, les interrogations et les informations que la blogosphère reprend, pour malheureusement ne retenir que ce qui peut atteindre l’adversaire politique du moment, ou, donne un gramme d’avantage à l’ami politique de la semaine.
Pour ce premier Homme heu…pour la Première Personnalité du mois, nous discutions d’enseignants, de menuisiers, de cuisiniers, d’entrepreneurs, de médecins, d’agriculteurs, de sages-femmes, de mécaniciens, de policiers, d’architectes, de commerçants, de chercheurs, d’informaticiens, de communicants, de pêcheurs, de brodeurs et de tailleurs… Kamardine Soulé, est venu en bouche, timidement, à l’image du jeune homme. Comme dans Zorro, chanté par Henri Salvador, Kamardine est arrivé ! Sans se presser ! Le beau Kamar, le grand Kamar, avec ses enquêtes et ses Scoop.it !

On a ressorti les Alwatwan de ses articles, on a poursuivi en ligne, on a enquêté par ci, par là. Et nous nous avons tous hoché la tête. Kamardine Soulé nous donne envie d’être informés, de convaincre nos proches et au-delà, même nos dirigeants, et même mon ancien copain de classe, le Directeur d’Al-watwan Soimoidoux, de la nécessité d’une bonne information pour le progrès de la société. Kamardine Soulé est un journaliste qui informe, cultive et enrichit ses lecteurs. C’est un professionnel qui aime son travail, qui le fait respecter de par sa rigueur, la profondeur de ses enquêtes, qui le fait découvrir à de nouvelles générations en se servant des nouveaux outils technologiques. En l’honorant, nous affirmons l’importance pour le consommateur-citoyen d’une information de qualité.
Nous avons sollicité les témoignages de 4 journalistes sur leur collègue ou leur réactions sur l’honneur fait par des profanes à leur collègue. Nous publierons les articles d’Ahmed Ali Amir, Faiza Soule Youssouf, Mohamed Hassan, Nassila ben Ali dans les médias sociaux de la FCC et de certains de nos partenaires étrangers durant le mois d’août.
Nous vous invitons à la cérémonie qui aura lieu le 6 août à 10 heures au CASM, ancien palais Dzingizoni du sultan de Bambao, Place Djumwavumwe, Mtsangani –Moroni. Il n y aura ni samosa, ni gâteau de plateau, ni boissons, ni café sucré. Nous ne servirons que nos applaudissements et nos zigelegele.

Hongera Kamardine !

11817002_10153499214194935_6785710697429893590_n

http://www.scoop.it/t/articles-de-kamardine-soule

Photos : Hayatte Abdou

 

Print Friendly, PDF & Email