Le nouveau manuel scolaire d’histoire-géographie (6e et 5e)

1006204_559636284093238_1820794216_nUne annonce sur la  sortie du nouveau manuel d’histoire pour les classes de 6e et 5e dans le forum de la FCC a soulevé quelques questions :

Pourquoi enseigner l’histoire du judaïsme dans un pays musulman? L’histoire du Moyen-Age en Occident peut-il être compréhensible sans l’enseignement du christianisme ?

Quelques éléments de réponse dans le fil des discussions.

Abdou Moussa a écrit:

« Les éditions Coelacanthe ont le plaisir de vous annoncer la sortie du manuel d’histoire 6e-5e qui a été élaboré par l’historien Mahmoud Ibrahime et validé comme manuel officiel dans ces classes dès la rentrée prochaine.
Suivant les instructions des derniers programmes et du Ministère de l’Education, ce manuel a introduit dans l’enseignement des éléments de l’histoire de la région, des éléments de l’histoire du judaïsme et de l’Islam et pour la première fois des points sur l’histoire des Comores.
Vous pouvez vous procurer ce manuel pour vous, pour vos enfants qui vivent en France, mais aussi pour des collégiens aux Comores.
Nous encourageons les associations à en acheter aux enfants des collèges situés dans leurs villages, les éditions Coelacanthe se chargeront alors de les envoyer aux Comores. »

Karim Attoumani Mohamed

« Une simple, petite et minime question : Pourquoi enseigne t on aux jeunes comoriens le judaïsme ? « 

Soilihi Hakime

« La question est légitime. Mais pour avoir une réponse plus éclairante, il suffit de relire le Qurân, et plus précisément la sourate Al Ahqâf (n°46), la sourate Hûd (n°11) et bien d’autres . Mieux encore, si tu es muni de l’exégèse du Cheikh Ismaïl Ibn Kathîr, tu comprendras que le message de Moïse, c’est-à-dire la Torah,  est sans cesse référencé. Malgré la bataille de Khaybar prés de Médine qui aurait opposé juifs et musulmans à l’époque du prophète Muhammad, Nabiyyi Mûsa (‘alayi asalam) demeure un guide de référence. L’islam se considère de par le contenu du Qurân, comme un message qui vient confirmer les principes fondamentaux du Tawhîd énoncé par la Torah. Du point de vue simplement pédagogique le niveau 5e aborde les religions. »

Mahmoud Ibrahim

« Je pense que Soilihi a bien répondu à ta question : l’enseignement des autres religion permettra à nos enfants de mieux comprendre l’Islam qu’ils ont appris au shioni et à la maison. C’est un enseignement qui est à la base de la compréhension des arts et de la culture aujourd’hui dans le monde.

Mais, une des questions que j’ai posées à l’Expert National qui avait été chargé de l’élaboration des Programmes en Histoire-géographie-Education civique : était pourquoi aborder l’histoire du judaïsme puis directement aller vers l’histoire de l’Islam sans passer par le christianisme, alors qu’à la fin de la 5e on va aborder le Moyen-Age en Occident, un Moyen-Age incompréhensible sans le christianisme ?

Comme à de nombreuses autres questions que je lui ai posées, il a répondu que ce sont les professeurs des collèges qui voulaient qu’il en soit ainsi. L’élaborateur d’un manuel officiel est obligé de suivre le programme validé par l’Etat, c’est ce que j’ai fait en essayant de trouver des arrangements permettant de laisser de côté les nombreux problèmes et erreurs de ces programmes. J’en ai fait part à certains fonctionnaires du MEN et à certains Inspecteurs, je pense qu’aux prochaines révisions des programmes ils en tiendront compte. »

Print Friendly, PDF & Email