Mésaventures subies par les passagers de la compagnie Inter îles Air/ Une passagère raconte

Je devais assister un atelier à Anjouan avec d’autres personnes de mon institut et d’autres issus des institutions partenaires du 16 au 17 octobre. Nous étions 10 au départ de Ngazidja et 5 au départ de Mohéli. L’achat des billets auprès de la compagnie « Inter Iles » pour un départ le 15 et un retour le 18 octobre n’a posé aucun problème.

L’enregistrement pour notre vol a débuté à 7 h 30 à l’aéroport de Hahaya. 5 personnes ont pu faire les formalités sans problèmes. Les 5 autres arrivés quelques minutes plus tard se sont vus conseillés d’attendre le prochain vol car l’avion programmé était un petit appareil (il n’y a qu’un seul avion qui fait la navette).

Je faisais partie des 5 premiers. Nous sommes entrés dans la salle d’attente. Des vols d’autres compagnies étaient programmés au même moment dont celui des pèlerins qui partaient à la Mecque dans les lieux saints de l’Islam. Et puis on attend. Les heures défilent. Et on attend. Il est 11h00, quand l’avion arrive. Manque de pot le pneu éclate à la descente de l’appareil. L’information nous est fournie par les biais des haut parleurs installé à l’aéroport avec une simplicité désarmante, comme si c’était normal, et puis plus rien. Donc nous nous ne sommes pas inquiétés, outre mesure, sur la gravité  de la situation, nous étions sûres que nous allions partir. Surtout lorsque nous avons vu les autres nous rejoindre en salle d’attente. Nous nous sommes dit peut-être qu’ils ont prévu cette fois-ci un gros avion.

Et on attend. On voit les gens partir, d’autres arriver. De notre coté rien ne change. Les pèlerins ont eu droit à des rafraîchissements et un morceau de cake. Nous, n’avons rien obtenu.

Il est 15h00, tout le monde est parti. Et nous commençons à nous inquiéter et nous poser des questions. Nous apercevons  un agent de la compagnie Inter îles et nous lui demandons quand est ce que nous partirons. Il nous répond placidement : « vous ne partez pas. Le pneu a éclaté et il n’y a pas un avion de remplacement ». Et le comble, il nous recommande de rentrer chez nous et que probablement l’agence nous contactera vers 18h pour nous dire l’heure du prochain départ.

Les questions fusent, les esprits s’échauffent : C’est-à-dire que depuis 11h, tous savaient que nous n’allions pas partir et pourtant ils ont procédé à l’enregistrement d’autres personnes. Les gens ont commencé à protester, à demander à être remboursé, d’autres à être dédommagé des frais de séjours complémentaires, des frais de taxi.

Las, vers 16h30, une partie a fini par partir. Une autre partie dont je faisais partie s’est vue refusé de quitter l’aéroport vers 17h00 car l’agence a pu trouver un avion. Nous sommes revenus avec nos bagages et prêts à recommencer les formalités. Finalement, le vol a été annulé et il nous a été demandé de revenir le lendemain à 7h00. Le lendemain, nous avons finalement pu rallier Anjouan. L’atelier s’est déroulé comme prévu pendant deux jours et le retour était confirmé pour vendredi matin.

Rebelote. Deuxième coup de théâtre : le jeudi soir vers 19h, on nous appelle pour nous dire que le vol est annulé mais sans, toutefois,  nous indiquer une autre date de retour. Vendredi matin, nous nous sommes rendus à l’agence. Raison de l’annulation : problème de pneu. Et rien d’autres.

Questions : On rentre quand, alors ?

Réponses : pas aujourd’hui, pour des raisons de sécurité l’avion ne peut pas voler. Peut-être demain.

Questions : On fait comment ? Nous sommes hébergés dans des hôtels et il nous faut aussi manger

Réponses : Rien

Le chef a disparu. Nous avons fait du sit-in à l’agence de 8h jusqu’à 10h30. Le chef d’agence qui voulait revenir, a rebroussé chemin en nous voyant feignant avoir oublié quelque chose. A l’agence, les agents de vente travaillaient comme si de rien étaient. Elles continuaient à vendre les billets et rassuraient les clients qu’en cas de problème d’avion, il y a toujours des recours. De notre coté, nous avons multiplié les appels au chef d’agence de Moroni mais c’était comme si les deux agences ne travaillent pas ensemble car les deux chefs ne connaissent pas leurs numéros respectifs.

Nous avons réussi à avoir des informations d’autres clients déçus : vols inter îles annulés avant-hier, hier et aujourd’hui. Le propriétaire de la pension où je loue m’a dit qu’il loge des personnes qui devaient partir à Mayotte hier et il a été payé qu’hier.

Donc Prochain épisode demain Incha Allah.

Des problèmes avec l’agence Inter Iles ce n’est pas la première fois. Le 29 septembre, des passagers  devaient partir à 9h d’Anjouan vers la Grande-Comore. Une fois dans la salle d’attente, on leur dit : «  le vol est annulé problème de pneu qui a éclaté. Rentrez chez vous ». Il est midi. Plusieurs ont protesté dont ceux qui ne sont pas anjouanais : « et ceux qui ont rendu leur chambre d’hôtel et qui ne savent pas où aller ? »

Puis, heureusement, une solution a été trouvée, un transfert a été fait dans l’autre compagnie. A 16h00, une annonce a été faite : « la compagnie Inter iles a trouvé un avion, veuillez patienter. » Mais tous ceux qui ont pu trouver une place avec l’autre compagnie ont préféré attendre l’autre.

Il y a deux semaines. C’est un atelier soutenu par l’OMS qui devait se dérouler à Ngazidja. L’OMS a envoyé un bon de commande à l’agence pour l’achat d’un billet aller-retour Moheli-Ngazidja. La veille de l’atelier, le participant n’a pas reçu son billet. Il a dû payer de sa poche pour ne pas rater l’atelier, en espérant se faire rembourser après. De retour chez lui, il reçoit le billet avec la possibilité de voyager à tout moment vers Moroni. Il a demandé à se faire rembourser et il n’aura comme toute réponse que «  personne ne lui a demandé d’acheter un autre billet et qu’il aurait dû attendre. Il a essayé d’expliquer qu’il s’agissait d’un voyage de travail et partir plus tard n’aurait eu aucun sens ». Mais l’autre partie n’a pas voulu céder.

Il y a deux semaines, une personne a voulu modifier son voyage à la dernière minute mais impossible on lui a rétorqué qu’il devait respecter ses engagements : voyager à la date prévue ou sinon c’est un billet perdu.

Questions : lorsque le voyageur outrepasse le contrat il est pénalisé mais qu’en est-il de l’agence ?

L’autre compagnie Comores Air

L’achat des billets aux dates et destinations voulues ne pose aucun problème. Sauf que l’heure n’est jamais respectée. Ils sont toujours en retard. Les causes seraient :

  • les pilotes vont chercher l’argent à l’agence avant chaque départ à Moroni.  Les pilotes ont des arriérés de salaires donc ils vont à la source.
  • Le trajet entre les îles n’est pas respecté. Ils priorisent l’île qui a le plus de passager.

Donc les attentes à l’aéroport sont longues avec eux, mais on est sûre de partir le jour même. Le trajet dure 40 minutes avec l’autre c’est 25-30 minutes. Et la descente et l’atterrissage sont  brusques.

 

 

 

 

Print Friendly, PDF & Email