Mieux connaître la FCC et ses actions dans les MNT et la Sécurité Alimentaire.

logo reduit

La FCC a été créée en janvier 1997 et a commencé ses activités en 2011, avec deux voies de communication :

La FCC est adhérente à Consumers International (CI), ce qui lui confère une dimension internationale et l’appui potentiel de CI en cas de nécessité.

La FCC s’est dotée de différents groupes d’experts confirmés dans plusieurs domaines et mène plusieurs actions constructives sur le terrain, hors des approches classiques comoriennes bien connues (consistant à critiquer, sans mettre les mains dans le cambouis), pour aider à construire avec tous les interlocuteurs impliqués dans le développement du pays…

Tous les médias confondus couvrent régulièrement les actions de la FCC, actions bien accueillies par la population, les acteurs économiques, les autorités locales et par les organismes internationaux.

S’agissant des problèmes des MNT et de la Sécurité alimentaire, voici un résumé du travail entamé depuis l’année dernière par la FCC et les autorités. Nous lui joignons le texte de la Loi sur la Sécurité Alimentaire.

Le travail entamé sur le terrain depuis décembre 2012 à la Grande Comore est appelé à continuer à Mohéli et Anjouan.

Rien n’est plus difficile que de vouloir inverser les mauvaises habitudes alimentaires héritées du « manger moderne ». Retenons que ces mauvaises habitudes alimentaires de notre communauté ne concernent pas que le pays, mais aussi la diaspora en France. En effet, depuis plusieurs années, nous menons des conférences sur la « Prévention santé par la nutrition » des deux côtés. Nous avons donc pu mesurer le poids des dérives alimentaires…

Tout en continuant la campagne, l’équipe engagée dans ce combat travaille à la préparation d’un Guide Alimentaire qui permettra de mieux informer le consommateur.

Voici une petite synthèse pour mieux expliquer la campagne en cours.

Le « manger comorien » repose avant tout sur un constat historique d’absence de ces MNT jusqu’au début des années 80. Une raison simple : un héritage culinaire, des habitudes alimentaires et des modes de cuisson bien adaptés à l’environnement et aux modes de vie locaux. Depuis cette période, la globalisation de la malbouffe est passée par là et, les études scientifiques sont venues mettre en évidence les bénéfices sur la santé de l’héritage oublié par beaucoup.

Plusieurs articles sur la campagne sont publiés sur le site de la FCC. En voici deux.

Article du 12 novembre 2012 : http://consommateurkm.com/?p=1187#more-1187

Le Conseil des ministres du mercredi 7 novembre a approuvé la proposition d’une campagne « Bien manger comorien pour bien se nourrir » présentée par M. le Vice-Président chargé de la production. Cette campagne est le fruit d’un partenariat entre la vice-présidence et la FCC, avec une forte contribution des nutritionnistes du ministère de la santé.

La campagne vise 2 objectifs : valoriser les produits locaux par la promotion de leurs qualités gustatives et culinaires, repenser les habitudes alimentaires en tenant compte de la prévention des Maladies Non Transmissibles.

Ouverture de la campagne le 11 décembre 2012 : http://consommateurkm.com/?p=1348

La vice-présidence en charge du Ministère de la Production, de de l’Environnement, de l’Energie, de l’Industrie et de l’Artisanat en partenariat avec la Fédération Comorienne des Consommateurs (FCC) a procédé mardi 11 décembre à l’ouverture de la campagne « bien manger comorien pour bien se nourrir » au Palais du Peuple de Hamramba.

Cette cérémonie a été présidée par son excellence le Vice – Président Fouad Mohadji. Un peu plus de 300 personnes ont répondu présent à cette cérémonie, notamment  le directeur de cabinet de gouverneur de l’ile autonome de Ngazidja, le président de l’assemblée de l’union, l’ancien président de l’ile de Ngazidja, le représentant de l’OMS, des associations de femmes et des notables de différents localités ainsi que des étudiants.

L’objectif de cette campagne est de promouvoir les produits locaux, d’inciter la population à adopter une alimentation saine et équilibrée afin de réduire les maladies non transmissibles (MNT) liées l’alimentation et au mode de vie.

Cette initiative est prise sur un constat d’une prévalence importante des MNT comme le diabète, le cancer et le cholestérol ces dix dernières années dans notre pays. Le deuxième constat est que la production alimentaire comorienne est insuffisante malgré les efforts d’investissements accordés à ce secteur.

Données de l’OMS :

  • Les principales causes de décès, selon l’OMS sont au nombre de 4 maladies chroniques : Maladies cardio-vasculaires (crises cardiaques et accidents vasculaires cérébraux)
  • Le Diabète
  • Le Cancer
  • Les affections respiratoires chroniques.

Les maladies non transmissibles sont la principale cause de mortalité dans le monde et sont responsables de plus de 63 % du total des décès chaque année.

Constat : 90 % de ces 63 % de décès affectent les pays en développement!

Les maladies non transmissibles ont été reconnues comme un nouveau terrain de la lutte pour améliorer le développement socio-économique dans les pays en développement et l’OMS a été chargée d’élaborer un cadre mondial de suivi et des cibles volontaires à l’échelle mondiale, ainsi qu’un plan d’action mondial pour 2013-2020.

Deux illustrations techniques pour comprendre la complexité de l’alimentation et de son impact sur ces MNT avec la Réaction de Maillard : http://bakriassoumani.com/?p=373

1-Cuissons à hautes températures :

Réaction de Maillard

Formation de diverses molécules dont la dernière en date à être identifiée en 2002 est l’acrylamide.

L’acrylamide est un polymère qui se forme généralement dans les aliments riches en amidon lors des processus de cuisson à haute température, tels que la friture, la cuisson au four ou le rôtissage.

On le trouve dans des aliments de base, comme le pain ou les pommes de terre, ainsi que dans certaines spécialités, telles que les chips, les biscuits et le café.

Il a des propriétés cancérigène et neurotoxique. Il pourrait aussi réagir avec d’autres composants du produit alimentaire.

Il est intéressant de noter qu’aucune trace d’acrylamide n’est mesurée avec les produits cuits à l’eau !

2 -Effet de l’hyperglycémie :

La glycation (ou Réaction de Maillard) dans le sang : c’est une réaction entre le glucose sanguin et certaines protéines spécialisées de l’organisme.

In-vivo la glycation est causée par des niveaux chroniquement élevés de sucre (glucose) dans le sang, et par la consommation de produits trop cuits. Chez le diabétique, la glycation des protéines est une conséquence directe de l’hyperglycémie.

Il existe aussi une glycation des protéines circulantes. Ainsi, la formation de l’hémoglobine glyquée (HbA1c) induit une augmentation de sa viscosité au sein des globules rouges.

D’autres protéines du corps sont affectées par la glycation (collagène IV, fibronectine, apolipoprotéine B, LDL, etc.).

Ces protéines altérées, appelées produits terminaux de glycation avancée (AGEs, pour Advanced Glycosylation End products), ne sont plus capables de remplir efficacement leur rôle biologique. Elles sont à l’origine de différentes pathologies caractéristiques.

IMGP5310 IMGP5311

PJ :

-Brochure campagne (2 photos) : en réalité le programme terrain était plus chargé

-Le texte de la Loi sur la Sécurité Alimentaire : Loi legislation alimentaire

Mohamed Bakri Assoumani

Print Friendly, PDF & Email