Mouvement Madji na Mwendje : le temps des négociations

DSCN0207Le mouvement Madji na Mwendje, présidé par Saïd Mchangama, président de la FCC, poursuit ses actions pour la fourniture d’électricité dans toute l’île. Une réunion avec le gouvernement a eu lieu, samedi 22 novembre avec la présence des chefs des villages, des représentants du Modec, Usukani wa Masiwa, N’goshawo, Association des parents d’élèves et la plateforme des femmes entrepreneures (EFOI).

Après avoir souligné l’effort du gouvernement à respecter ses engagements pour la fourniture de l’électricité, ce qui était une condition préalable à toute négociation, le mouvement Madji na Mwendje a présenté les revendications de la population. Il s’agit de la suppression,  de la taxe télé, de la location du compteur que l’abonné achète à l’installation, de la partie fixe particulièrement revendiquée par les  entrepreneurs et de l’annulation de la facture de septembre, mois sans aucun jour  de courant pour les régions hors le grand Moroni.

«Nous constatons tous ces derniers temps que malgré quelques irrégularités, chaque région est éclairée quotidiennement ; selon le plan de  distribution publié par le gouvernement », a souligné  Saïd Mchangama président de la FCC  avant d’ajouter que :« pour la première fois aussi, nous avons reçu, samedi, un sms de la part de la Ma-mwe pour nous informer du problème technique qui n’a pas permis à la région Hamahame-Washili d’être fournie en électricité». La Ma-mwe a commencé son apprentissage de l’information au client. C’est un pas en avant.

La réunion de samedi a été l’occasion pour la société civile de réclamer à la Ma-mwe de revoir sa méthode de calcul  en supprimant les taxes qui ne correspondent à aucun service. Et en contre partie, si l’approvisionnement est maintenu et que ces revendications seront respectées, la société civile s’engage à faire campagne pour le paiement régulier des factures et au respect de la sécurité des agents de la Ma-mwe chargés du contrôle..

Le gouvernement, représenté par le ministre de la Production chargé de l’Energie, le directeur de l’Energie et le Directeur Général de la Ma-mwe accompagné de ses directeurs de départements, a demandé jusqu’à ce mardi pour pouvoir se  prononcer sur les revendications.

Pour rappel, le mouvement Madji na Mwendje, depuis la réunion avec les chefs de village de la région de Bambao et Hambuu le 13 octobre dernier  n’a cessé d’appeler le gouvernement à épauler la Ma-mwe à la recherche d’une solution face à la crise généralisée de la fourniture d’électricité dans l’ensemble du territoire national.

Une lettre a été envoyée au gouvernement après la réunion du 16 octobre à la salle de conférence du conseil de l’île de Ngazidja. Et suite au mépris total de l’exécutif, une journée «île morte» a été organisé le 29 octobre. Une journée, qui pour la première fois de l’histoire des Comores, a vu la participation de toute la population.

Josy Aicha

 

Print Friendly, PDF & Email