Rapport sur la réunion sur l’importation des animaux sur pieds

Introduction

Dans le cadre du développement de l’élevage une réunion sur l’importation des animaux sur pieds a eu lieu dans la salle de conférence du ministère de l’agriculture. La réunion a débuté par l’allocution du secrétaire générale du ministère de la production qui a remercié les participants d’avoir répondu présent à cette réunion. Ensuite, elle a présenté l’objectif de cette réunion qui est la sécurité des animaux ainsi que les points à discuter. : sécurité aux frontières, les maladies zoonotiques, la circulation routière et le prix de la viande. Cette réunion a rassemblé des importateurs, des commerçants, des vétérinaires, un représentant de la chambre de commerce, la FCC, des représentants de la société civile et des transporteurs.

Méthodologie :

Le directeur de l’Institut Nationale de Recherche sur l’Agriculture, Pêche et l’Environnement (INRAPE) a présidé la séance en abordant chaque problématique.

Déroulement :

Question N°1 : sécurité aux frontières

Le directeur de l’INRAPE a commencé par rappeler l’existence d’un texte réglementaire non respecté sur l’importation des animaux sur pieds. Dès aujourd’hui nous devons respecter à la lettre les textes, a souligné le directeur de l’INRAPE. En attendant la loi alimentaire qui sera votée au mois d’avril, l’importateur doit posséder un certificat et un permis avant l’arrivée des animaux a expliqué un vétérinaire de l’INRAPE.

Le secrétaire général du syndicat des importateurs Abdallah Msaîdié a signalé le système de contrôle des importations sur les animaux à pieds des années 2000 qui l’a jugé efficace. Pour être agréer Chaque importateur devrait avoir un parc d’isolement, un abattoir et un magasin. Depuis 2006, il n’y a pas de bonne foi, c’est la pagaille continue le secrétaire.

Question N°2 : Les maladies des animaux

Pour protéger les animaux, les importateurs auront la liste des vétérinaire habilités des pays exportateurs, avoir le certificat afin d’obtenir le permis d’importation explique le vétérinaire.

Question N°2 : Parc de quarantaine et circulation

Le directeur de l’IRAPE a donné des obligations sur cette question :

  • Chercher 2 à 3 parcs de quarantaine près du port pendant la période nécessaire (une semaine)

  • Chercher un camion assurant le transport des animaux pour éviter d’embrouiller la circulation

  • Personne n’a le droit d’importer s’il n’appartient pas au syndicat

Question N°3 : prix de la viande

La question n’était pas bien abordée, le directeur de l’INRAPE a jugé nécessaire de se revoir pour discuter de cette question.

Par Said Ibrahim

Conclusion

En guise de conclusion, la réunion a montré combien la sécurité de l’importation des animaux sur pied aux Comores est vulnérable. Les décisions prises par l’INRAPE, une fois mises en place seront à améliorer le système de contrôle aux les frontières, dans le territoire, ainsi que sur la santé animale.

Print Friendly, PDF & Email