Réutilisation de bidons en plastiques : DANGER

Les exemples d’intoxications alimentaires pour cause de réutilisation d’emballages en plastique (ou métallique) ayant contenu différents types de produits liquides sont nombreux. Cette pratique étant courante aux Comores, les « recycleurs » n’imaginent pas les risques encourus.

Bouteilles en PVC (polychlorure de vinyle) :

Exemple : utilisation pour la fabrication des bouteilles d’eau et d’huile.

  • Même polymère de base
  • Mais la nature des additifs de fabrication est différente.
  • Les propriétés des bouteilles sont différentes

Ainsi, le remplissage d’une bouteille destinée à l’eau par de l’huile se traduit par un ramollissement de la bouteille : cela vient du passage dans l’huile d’une grande quantité d’additifs spécifique à la formulation. Autre explication : la formulation de la bouteille d’eau ne présente pas la même perméabilité à l’huile que la formulation de la bouteille d’huile. Comme résultat, l’huile peut passer dans la paroi de la bouteille d’eau et jouer le rôle du plastifiant.

Que prendre comme exemples d’aliments prisés par notre communauté?

Ah, les achars de mangues, de citrons, de wuhadju, etc., tous avec des niveaux d’acidité différents et avec une émulsion huile dans l’eau. Autrement dit un bon petit cocktail aux effets imprévisibles sur les bouteilles recyclées (manière îles de la lune), bouteilles dont on ne connait pas toujours la composition, ne sachant pas qu’il existe un code pour cela sur la bouteille…

Soyons donc plus que prudents.

Bakri

 

Print Friendly, PDF & Email