Il faut sauver Comores Telecom

????????????????????????????????????

La société Comores Telecom a fait de coûteux investissement en infrastructures ; elle a multiplié les bâtiments au gré des humeurs électoralistes des gouvernements. Elle a beaucoup recruté. C’est la seule société de Telecom au monde, où en 2016, on trouve des agents partageant un bureau, sans ordinateur, sans téléphone de service, ni autre appareil mais débattant de foot, de mariage et des séries télévisées devant le client. Comores Telecom considère ses clients comme des abonnés captifs qui n’ont droit qu’à une téléphonie digne des années 2000.

A Moroni, Mutsamudu, Fomboni, il est impossible d’interroger un smartphone pour connaître la pharmacie ou le médecin de garde. Les coulées de lave de Ngazidja et les canons de la Citadelle de Mutsamudu sont plus vivants que le site web de Comores Telecom. Il n’est pas rare qu’aller en vedette d’Anjouan à Moheli, prenne moins de temps que le téléchargement d’une simple page de texte.

Le gouvernement sous les applaudissements de la population et particulièrement de la Fédération Comorienne des Consommateurs – FCC – a libéralisé le secteur des Telecoms en choisissant un deuxième opérateur. Le consommateur en attend un service adapté à ses besoins, performant, innovateur et abordable, et qui, enfin intègre les Comores au Monde. Continuer la lecture

2ème Licence . A quoi joue le gouvernement, face à la tragi-comédie de l’assemblée ?

Licence TelmaIl faut vraiment avoir du temps à perdre et ignorer les procédures législatives pour s’amuser à argumenter avec des dirigeants d’une assemblée, qui se déshonorent à chaque publication, dans leur djihad contre l’implantation d’un deuxième opérateur. Chacun reprendra les bonnes explications techniques et juridiques de l’ANRTIC. Elles ont été maintes fois fournies avant le vote de la loi par des députés qui l’ont adoptée, en espérant qu’elle sera ignorée. Et, après le vote, quand la direction de Comores Telecom, abritée derrière un syndicat maison, s’arcboute au monopole avec comme seul argument, un nombre d’agents suffisants pour construire une pyramide en Egypte, et de l’argent donné aux gouvernements successifs sans que les impôts, redevances, licences et taxes ne soient dus. Jouer à répondre à Messieurs les chefs des députés ne sert à rien. On perd son temps. On ajoute à la confusion, objectif réel visé par ces lettres de Hamramba. Il n’y a pas besoin d’un constitutionnaliste pour savoir qu’à part la création d’une commission d’enquête qui peut pondre des résolutions, des recommandations et autres …tions, le rôle de l’assemblée est joué, fini, basta, basi. Le débat législatif sur la question est lui terminé. Chacun peut perpétuer son petit débat politique, et même écrire des thèses. Mais tout revient à l’ANRTIC maintenant et au gouvernement qui doit veiller à la mise en pratique de ses orientations et au respect de ses engagements. Continuer la lecture