Un accord trouvé entre la Ma-mwe et le Mouvement Madji na Mwendje

DSCN0207La direction générale de la Ma-mwe et le mouvement Madji na Mwendjé (MMM), présidé par Saïd Mchangama, président de la FCC ont signé, le vendredi 28 novembre le protocole d’accord qui suspend, durant les mois de novembre, décembre et janvier, la redevance liée à la location compteur imputée sur les consommations d’eau et électricité et aussi l’annulation de la facture de mois de septembre pour les localités qui n’ont pas été éclairées pendant cette période.

Cet accord est le résultat d’une longue discussion qui a eu lieu entre le MMM et la Ma-mwe au cours de la réunion du mardi 25 novembre.

Le président du Mouvement, Saïd Mchangama  ne peut que se féliciter de  cet accord. «le MMM a négocié la reconnaissance par la Ma-mwe du préjudice et des mauvais traitements subis par les clients et exigé des gestes commerciaux qui même symboliques (au regard du préjudice) constituent une première dans le pays», a t- il exprimé  à sa sortie de la rencontre.

« Nous avons compris qu’il y a un moment où on doit être souple » a dit pour sa part le DG de la Ma-mwe, Mzé Mohamed Ibrahim insistant que » nous avons accepté les revendications mais on demande à tous de payer leurs factures et arriérés. Nous sommes très stricts maintenant car c’est avec le recouvrement que nous pourrions faire face aux dépenses de la société. Après avoir remercier le MMM d’avoir mené un mouvement pacifique, le DG n’a pas oublié au passage de souligné  l’effort du gouvernement à aider la Ma-mwe pour sortir le pays dans le noir.

Pour le président Mchangama, le mouvement a donné sa part. Il a permis d’obtenir du gouvernement l’engagement d’un soutien à la Ma-mwe pendant 3 mois, ce qui a permis à la société de relancer la distribution quotidienne de courant avec un plan de délastage connu de la population. « Pour nous ce qui compte c’est la fourniture d’électricité. Si notre accord est respecté, nous nous engageons à faire campagne sur le paiement de la facture et la protection des agents de la Ma-mwe  sur le terrain »; a précisé Mchangama. « Maintenant, il reste  aux partis politiques et aux forces vives de discuter sur la restructuration de la Ma-mwe », lance t- il.

Une plateforme composée des secteurs publics, des secteurs privés et de la société est mise en place par le gouvernement. Elle a pour objectif de définir une proposition pour la restructuration de la Ma-mwé. «Le décret de la mise en place de la plateforme est déjà publié par le gouvernement. On attend que sa mise en fonction», a affirmé le président Mchangama avant d’ajouter  que : «il faut espérer que la question de l’énergie sera débattu  par les politiques et aboutira à un consensus national tout au moins pour les priorités».

Le Mouvement Madji na Mwendje depuis la réunion du 13 octobre avec les chefs de 12 villages de Hambou, n’a ménagé aucun effort pour trouver une solution à la fourniture de l’électricité dans toute l’île. Le mouvement a exigé au gouvernement à aider Ma-mwe à fournir de l’électricité dans toute l’île par jour même pour quelques heures.

Depuis la journée «île morte» du 28 octobre dernier, la situation a évolué. Malgré quelques irrégularités, chaque région est éclairée par jour selon les calendriers établis par la Ma-mwe. «Au moins on arrive à se programmer comme on sait déjà les heures qu’on aura l’électricité», se réjouit Echata Mmadi, une mère de famille.

 

Josy Aicha

Print Friendly, PDF & Email