Un mois de mai actif.

download

Nous  sommes à moins de 90 jours du Ramadan  et des vacances scolaires des « je viens respectivement les  9 ou 10 et le 6 juillet» (Qui sait où trouver le calendrier scolaire comorien ?).  C’est la période  où des importateurs et des commerçants peu scrupuleux s’adonnent à des hausses de prix, précédées  de « pénuries » organisées pour affoler la population.

Ce sont des mois de  forte consommation d’électricité et de télécommunication, les veillées du ramadan et les mashuhuli obligent.

Comme pour les 2 années passées, la FCC se prépare à une veille contre la vie chère.  Nous allons saisir le gouvernement à travers  Monsieur le Délégué à l’Economie et les gouverneurs pour une concertation avec les  importateurs et les détaillants afin de prévenir, suffisamment  tôt, l’escalade des prix.

A Ngazidja, la coopération entre le Commissariat aux finances et la FCC, la veille commune sur le respect des  prix des denrées de première nécessité a eu des résultats  positifs bien que très partiels.  Les prix de la farine, de l’huile et du sucre qui avaient atteint des sommets ont pu être ramenés au niveau actuel, qui est celui d’avant la hausse  de 2012, grâce à la fermeté du commissariat aux finances  sous la pression des consommateurs.  On se  souviendra qu’en 2011 quand de grands importateurs  avaient menacé de fermer boutique pour appuyer les hausses, la FCC est allée  sur  les ondes pour relever le défi et menacer à son tour de réagir à sa manière.  Si le prix des abats de poulet a peu varié en un an, la viande de zébus/ bœuf a beaucoup augmenté.

La FCC  ne peut seule combattre contre la vie chère.  Nous invitons chaque fois les organisations sociales et professionnelles dont les membres sont pénalisés par des hausses à s’associer à notre lutte.

Le coût des télécommunications et de l’énergie grèvent sérieusement  le budget des familles modestes. Le téléphone n’est plus un service réservé aux catégories aisées. Les familles  pauvres de localités  reculées utilisent le téléphone et parfois l’internet pour communiquer avec l’enfant élève dans un établissement du chef-lieu, solliciter de l’aider à un parent à Mayotte, en France ou à Dubai, discuter de fiançailles ou informer sur une maladie.  Pendant les mashuhuli et la fin du ramadan les  télécommunications connaissent des pics.  Tant pour le téléphone que l’internet – Mpessi et Adsl – la mauvaise qualité du réseau, « mange »  une bonne partie du crédit en déconnexions non comptabilisées, conversations inaudibles, et connexions sans contenu.

Quant à la Ma-mwe c’est une vraie école de  formation à la résignation.

En mai, nous allons dans les cercles locaux, sur le  site et le forum, discuter de l’organisation et des outils nécessaires pour mieux défendre le consommateur.

La FCC ne peut pas  se satisfaire de coups de gueule, de belles  formules assassines, de protestations  véhémentes. Nous devons tout faire pour obtenir des résultats, des  améliorations, des progrès, pas à pas.

Pour les Télécoms, nous avons besoin de volontaires pour relever pendant une semaine les  incidents (état du réseau, problèmes  de  connexion,  débit déficient….) Il est inacceptable que Comores Telecom impose une validité de crédit de 1 mois, alors que le réseau peut être déficient 2 semaines. Ce n’est qu’un exemple. Il est inacceptable qu’une société de techniciens n’ait pas de service de conseil aux usagers et ne publie aucune information technique sur ses produits et services.

Print Friendly, PDF & Email